Marseille : un homme abattu à la kalachnikov au volant de sa voiture

Un jeune homme abattu au volant de sa voiture sur le boulevard Capitaine Gèze. / © Roger Gasc
Un jeune homme abattu au volant de sa voiture sur le boulevard Capitaine Gèze. / © Roger Gasc

Un homme de 21 ans, circulant à bord d'un utilitaire sur le boulevard Capitaine Gèze à Marseille, a été abattu d'une ou plusieurs rafales d'arme de guerre, selon "un mode opératoire qui correspond à un règlement de compte", a indiqué mardi le procureur de la République.

Par Ludovic Moreau

Les faits se sont produits vers 23h30. La victime circulait à bord d'un utilitaire blanc sur le boulevard Capitaine Gèze, dans le 15e arrondissement de Marseille.

Arrivée à la hauteur de l'extension de la ligne de métro, le conducteur a été abattu de plusieurs rafales d'arme de guerre. Le véhicule, criblé de balles, a fini sa course sous l'auto-pont. 

"48 étuis de 7.62, calibre correspondant à une arme de type Kalachnikov ont été retrouvés sur place", a indiqué le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux. Selon les premiers éléments de l'enquête, le jeune homme était seul au volant de sa voiture au moment où il a été la cible des tirs.
 
Marseille (15e) : un homme a été abattu à la kalachnikov au volant de sa voiture, dans la nuit de lundi à mardi. / © R. GASC / Provence-Alpes
Marseille (15e) : un homme a été abattu à la kalachnikov au volant de sa voiture, dans la nuit de lundi à mardi. / © R. GASC / Provence-Alpes

Sur place, les enquêteurs ont relevé 21 impacts de balles sur la voiture. "Deux armes auraient été utilisées" selon une source policière, confirmant une information de La Provence.

La voiture des suspects - au nombre de trois, selon différents témoignages - a été découverte brûlée sur la commune de Saint-Victoret à une quinzaine de kilomètres de Marseille.

La victime, âgée de 21 ans, était connue des services de police, notamment pour vols et violences. "Il n'y a pas de mobile connu à cette heure, mais l'enquête porte notamment sur un réglement de compte lié au milieu du narco-banditisme", a précisé Xavier Tarabeux.

La Direction Interrégionale de la Police Judiciaire de Marseille a été saisie de l'enquête. Elle devra déterminer les circonstances de ce qui pourrait être le deuxième règlement de compte depuis le début de l'année à Marseille.

En 2018, on dénombrait 23 morts dans 21 règlements de comptes dans les Bouches-du-Rhône, selon la Préfecture de police.

 

Sur le même sujet

Les + Lus