Marseille : une crèche fermée suite à des tirs de Kalachnikov

Publié le Mis à jour le
Écrit par Margaid Quioc

La crèche associative "L'Île aux enfants", dans le XVème arrondissement de Marseille est fermée depuis le 18 mai après des tirs à la Kalachnikov devant l'établissement. Une nouvelle structure doit assurer l'accueil des enfants dans quinze jours.

Une soixantaine de familles sont sans solution de garde de leurs jeunes enfants dans le XVème arrondissement de Marseille, depuis le mercredi 18 mai. Plusieurs individus ont tiré en l'air devant les locaux de leur crèche, rapporte France Bleu Provence. Trois suspects,  âgés de 20 à 25 ans, ont été interpellés et placés en garde à vue.

Les parents ont dû venir en catastrophe récupérer leurs petits apeurés. Depuis cet incident, l'association Tifrioul qui gère la structure maintient la fermeture des locaux, situés dans la cité de la Solidarité, au nord de Marseille.

Face à cette situation, une réunion a été organisée en préfecture lundi 23 mai sous la houlette du préfet délégué à l'égalité de Chances, Laurent Carrié. Etaient présents des représentants de Tifrioul, des parents, des élus, et de la préfecture de police.

Ce mardi matin, une nouvelle rencontre avec les services de la Caf et du département, financeurs de l'accueil des petits enfants, était organisée.

"Il est important de trouver des solutions et de maintenir ce service public, dans un quartier prioritaire de la politique de la Ville" affirme Sophie Guérard, adjointe au maire en charge de la place de l'enfant dans la ville.

Réouverte le 7 juin au plus tôt

L'actuel gestionnaire de la crèche ne souhaitant pas rouvrir l'établissement, c'est la piste d'un repreneur qui est privilégiée. Mais la réouverture de la crèche ne pourra pas intervenir avant le 7 juin, "dans le meilleurs des cas" alerte Sophie Guérard.

Plusieurs problématiques doivent en effet être résolues d'ici là. Trouver le personnel qualifié d'abord. Seule une partie des salariées actuelles souhaite continuer à travailler à la cité de la Solidarité.

La structure doit également obtenir les autorisations et agréments nécessaires pour l'accueil des touts petits. "En si peu de temps, on ne pourra pas obtenir l'agrément pour les 42 berceaux actuels".

Les familles sont contactées une à une pour tenter de trouver des solutions de garde. "Mais on ne pourra pas satisfaire tout le monde" regrette Sophie Guérard.

Ce n'est pas la première fois qu'une crèche est confrontée à des problématiques de violence à Marseille. En 2018, la crèche de l'Œuf, dans le XIVème arrondissement, avait fermé suite à des échanges de coups de feu dans le quartier.