Logement insalubre : la ministre Emmanuelle Wargon se rend à Marseille

La ministre déléguée en charge du Logement, Emmanuelle Wargon, est en déplacement à Marseille mercredi. Elle participe en préfecture au premier comité de pilotage du projet partenarial d'aménagement (PPA).
Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement, à Marseille les 25 et 26 novembre.
Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement, à Marseille les 25 et 26 novembre. © Clément MAHOUDEAU / AFP
Un déplacement sur le logement insalubre attendu. Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du Logement, se rend à Marseille mercredi 25 novembre. Elle participe au premier comité de pilotage du projet partenarial d'aménagement (PPA), pour la revitalisation du centre-ville et la lutte contre l’habitat indigne.

Emmanuelle Wargon s'était déjà rendue à Marseille en juillet pour rencontrer les collectifs d'habitants créés après le drame de la rue d'Aubagne. La ministre avait alors rappelé que l'État avait déboursé plus de 240 millions d'euros pour les copropriétés dégradées. "Ces centaines de millions d'euros, ça ne parle à personne, ce qui parle c'est quand est-ce qu'on reconstruit, quand est-ce qu'on rouvre...", avait-elle déclaré en souhaitant que "tout se fasse dans le respect des procédures, mais vite."

Ce mercredi, les associations et collectifs ne seront pas présents au premier comité de pilotage du PPA, contrairement à leur volonté d'être représentés dans les instances de décision des projets urbains. Dans un communiqué diffusé mardi, ils dénoncent "outre le refus de dialogue, des résultats quasi nuls sur la lutte contre l'habitat indigne".

Emmanuelle Wargon devrait poursuivre son déplacement jeudi à Marseille pour rencontrer d'autres acteurs du secteur du logement. Elle doit notamment visiter un centre d’hébergement spécial à Marseille pour l’isolement et l’accompagnement des personnes testées positives au Covid-19
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société logement insalubre politique