Moustique tigre : non, ils ne sont pas plus nombreux cette année et autres choses à savoir sur cette espèce invasive

Le moustique tigre est présent dans de très nombreux départements français, et la région PACA est particulièrement envahie. Voici cinq choses que vous ignoriez peut-être sur cet insecte suceur de sang.

La vigilance est de mise, face au moustique tigre. Depuis le 1ᵉʳ janvier 2024, les autorités sanitaires ont décompté plus de 1 600 cas de dengue en métropole, contre 131 cas sur la même période en 2023. Au même titre que le Chikungunya ou le Zika, la dengue fait l'objet d’une surveillance renforcée entre mai et novembre, période d’activité du moustique tigre dans l’hexagone. C'est le cas notamment en région PACA, une des régions les plus exposées aux maladies vectorielles transmises par les moustiques. Pour se préparer au mieux avant l'été, jeudi 16 mai, l'Agence régionale de santé organise une conférence de presse pour évoquer le dispositif de surveillance. Que faut-il savoir sur cette espèce qui a colonisé quasi tous les départements français ? France 3 Provence-Alpes a interrogé Antoine Cohen, expert de lutte anti-moustique.

1. Non, il n'y a pas plus de moustiques  

Vous avez l'impression que les moustiques sont plus nombreux à tourner autour de vos jambes cette année ? Ce n'est pas totalement vrai.

Certes, il peut y avoir une explosion de la prolifération des moustiques à la fin de l'été, mais leur nombre est stable. "C'est récurrent, il y a la même quantité de moustiques d'une année sur l'autre", explique Antoine Cohen.

La différence tient davantage à l'absence de moustiques lors des sécheresses et des restrictions d'eau. Avec les épisodes orageux, méditerranéens, les moustiques prolifèrent en masse. 

La canicule a cependant un effet sur la prolifération des moustiques. Les fortes chaleurs accélèrent le cycle de la larve qui passe de 5 jours à 3 jours. 

2. Le moustique tigre est un moustique urbain

Le moustique tigre, plus petit, rayé et silencieux, contrairement au moustique culex dit commun, est très urbain. Et pour cause : il pond à sec, et non sur l'eau comme le moustique commun. Le moustique tigre est arrivé en France en 2004 par l'Italie. Il est aujourd'hui présent sur quasiment toute la France.

Et chose incroyable, les œufs des moustiques tigres sont viables six ans. La femelle pont, puis l'œuf attend la pluie pour éclore. En clair, une femelle moustique tigre a pu pondre tranquillement dans votre arrosoir en juin et éclore fin août, après les pluies. 

Il ne faut pas le confondre avec son cousin commun, que l'on rencontre par exemple en Camargue, qui peut lui parcourir des kilomètres, mais ne quitte jamais la campagne.

3. Un moustique pique cinq fois en moyenne

La durée de vie d'un moustique tigre est d'environ huit semaines. Dans une vie, un moustique tigre pique cinq fois en moyenne. Mais ce ne sont que les femelles qui viennent vous chatouiller les mollets.

Vous pouvez avoir l'impression d'avoir un nuage d'insectes autour de vous, mais parmi eux, les mâles ne vous piquent pas. Ils sont là pour les femelles.

Autre élément bon à savoir : le moustique tigre ne pique que le jour, dans un rayon d'environ 200 mètres. Éteindre les lumières la nuit n'est finalement pas très utile… Il est davantage attiré par les odeurs. 

4. Le moustique ne pique pas pour se nourrir

Les femelles qui vous piquent ne le font pas pour leurs quatre heures. Votre sang est utile pour leur reproduction. Une fois pompé, le sang reste dans leur abdomen, elles le font maturer pendant cinq jours pour faire leurs œufs. 

Les moustiques tigres peuvent piquer tout ce qu'ils trouvent sous leur trompe : souris, poulets, chiens… "Un gros chien dégageant beaucoup de CO2 va parfois plus attirer les moustiques que son maître", indique le spécialiste. 

Les moustiques communs préfèrent eux le sang humain. Quid des maladies véhiculées ? Pour Antoine Cohen, "le risque est très minime". "Il y a des cas, tous les ans, de Zika, Chikungunya ou Dengue. Mais ce n'est pas un risque très important". 

5. Le moustique est peu sensible aux répulsifs 

Eh oui… On est tous persuadés qu'installer nos petits tortillons de citronnelle sous la table, que brancher nos prises anti-moustiques et nous asperger de sprays nous protègent des moustiques. Et pourtant… Selon notre expert, "la citronnelle a une efficacité légère sur le moustique commun, mais le moustique tigre, ça ne lui fait ni chaud ni froid." 

Les sprays anti-moustiques, même constat. "Cela va marcher un peu… mais cela ne dure pas longtemps. Si on transpire, et notamment en été, l'effet a une durée assez courte". 

Pour se protéger, Antoine Cohen préconise d'abord la vigilance, vider les coupelles, l'eau stagnante de nos jardins et faire passer le message à nos voisins.

Enfin, il existe des pièges sans pesticides qui vont reproduire les odeurs du corps humain pour leurrer le moustique. Il se fait aspirer et meurt à l'intérieur.

"C'est le plus efficace sur le long terme. Ça n'a pas d'impact sur le reste du jardin et des autres insectes et ne baisse pas en efficacité en fonction de la météo".

Question bonus : les peaux à moustique, mythe ou réalité ?

Ce n'est pas totalement faux. Certaines personnes ont une odeur acide corporelle plus ou moins acide. Plus l'odeur corporelle est acide, plus les moustiques sont attirés, et plus ils piquent. Bon à savoir : si c'est le cas de votre moitié, elle peut alors vous servir d'anti-moustique géant.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité