Municipales : Guy Teissier, le parachuté des Républicains à la mairie de Marseille

Guy Teissier est le nouveau candidat des Républicains à la mairie de Marseille, après le retrait de Martine Vassal à 48h du scrutin. Cet ancien para, vieux routier de la politique marseillaise, a commencé sa carrière au sein de l'ultra-droite du Parti des Forces Nouvelles.

Guy Teissier, le 22 janvier 2020
Guy Teissier, le 22 janvier 2020 © TOMASELLI Antoine / Maxppp
Guy Teissier est né sur les collines de Saint-Antoine, dans les quartiers Nord de Marseille, le 4 avril 1945. En 1962, il s'engage pour défendre l'Algérie française. Il a alors 17 ans. C'est un officier parachutiste de la réserve.

D’abord membre du groupuscule d’extrême droite Union nationaliste, Guy Teissier s'inscrit au Parti des Forces Nouvelles (PFN), précurseur du Front National.

Il rejoint ensuite le Parti républicain en 1978, puis le parti Démocratie Libérale d'Alain Madelin. Et enfin l’UMP. 

Un curriculum politique bien rempli

Cela fait plus de 27 ans que Guy Teissier est député des Bouches-du-Rhône. Fin 1988, Bernard Tapie, qui l'affrontait lors des législatives, le décrivait comme "un candidat d'extrême droite qui avance masqué". L'élection, remportée par le candidat de droite, est alors annulée par le Conseil Constitutionnel.

Guy Teissier est aussi un maire de secteur invaincu pendant 18 ans. Il remporte en effet cinq mandats de maire des 9e et 10e arrondissements de Marseille. En 2014, il cède sa place à Lionel Royer-Perreaut.
Guy Teissier avec Martine Vassal et  Lionel Royer Perreault lors d'un "coup de poing propreté" en janvier 2020
Guy Teissier avec Martine Vassal et Lionel Royer Perreault lors d'un "coup de poing propreté" en janvier 2020 © Georges Robert / Maxppp
En juin 2012, il siège à la commission des Affaires étrangères. L'ancien "para" occupera également le poste de secrétaire de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées de l’Assemblée nationale.

Il présidera la Délégation parlementaire au renseignement, chargée de contrôler l'ensemble des services de renseignement français.
Jean-Claude Gaudin et Guy Teissier pendant une inauguration, en 2013
Jean-Claude Gaudin et Guy Teissier pendant une inauguration, en 2013 © Thierry Garro / Maxppp

En 2008, Guy Teissier prend la tête d'Euroméditerranée, le plus gros chantier de rénovation urbaine d'Europe. Il est aussi président du groupe des calanques de Marseille et Cassis. Enfin, il présidera également la communauté urbaine de Marseille, (MPM puis Marseille Provence) de 2014 à 2017, avant de céder sa place après la loi de non cumul des mandats.

Une assignation pour "diffamation à caractère racial"

C'est une petite phrase qui a fait grand bruit à Marseille. En 2014, alors fraîchement élu président de Marseille Provence Métropole, Guy Teissier s'adresse aux agents de la collecte des ordures :

"Ce n'est pas parce qu'on est du midi, qu'il faut qu'on s'africanise. On doit avoir un comportement normal dans notre société", appelant les Marseillais à plus de civisme.

Une plainte avait alors été déposée par le MRAP 13 (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) pour "diffamation à caractère racial". 

Reconnaissant des propos qui "relèvent d’un ethnocentrisme primaire et d’une caricature intellectuelle", le tribunal correctionnel de Marseille avait pourtant relaxé l'élu UMP.

Un candidat doyen des conseillers municipaux.

Gaudiniste de la première heure, il avait un temps été considéré comme un dauphin potentiel du maire de Marseille.

Troisième sur la liste emmenée par Lionel Royer-Perreaut dans les 9 et 10ème arrondissements, à 75 ans, Guy Teissier est le doyen des conseillers municipaux, loin devant les 63 printemps de Michèle Rubirola.

Le choix de Martine Vassal de se retirer, est donc stratégique, car en cas d'égalité lors du troisième tour de vote au conseil municipal, c'est le candidat le plus âgé qui est élu.

C'était sans compter sur la défection de son ancien allié et tête de liste Lionel Royer-Perreaut. Ce dernier a annoncé jeudi soir, qu'il présenterait sa propre candidature dans le camp Les Républicains. Il dénonce des "accords" passés entre Guy Teissier et le Rassemblement National.

Invité dans le journal de France 3 Provence-Alpes, Guy Teissier a fermement rappelé vendredi "ne sollicite[r] rien que les voix des miens et de ceux qui voudront me suivre", semblant refuser la main tendue par Stéphane Ravier, le candidat RN qui appelait à "pacte marseillais" pour battre la gauche.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections portrait culture les républicains
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter