Trafic de drogue : ce que l'on sait sur la traque de l'organisation criminelle DZ Mafia

Treize individus ont été interpellés suspectés d'être impliqués dans le meurtre de deux Marseillais en mai 2023 à Salou en Espagne. Cette enquête menée conjointement par les autorités françaises et espagnoles, montre que la traque envers les narcotrafiquants de l'organisation DZ Mafia s'intensifie.

Le procureur de la République de Marseille a annoncé vendredi l'interpellation de treize individus suspectés d’être impliqués dans le double narchomicide survenu le 03 mai 2023 dans la ville de Salou en Espagne. 

Selon Nicolas Bessone, "les mis en cause seraient affiliés à l'organisation criminelle marseillaise DZ Mafia". Une conférence de presse sera tenue lundi 22 janvier sur cette affaire, qui montre que les autorités intensifient les opérations pour démanteler ce réseau. 

Une enquête franco-espagnole 

Le 3 mai 2023, deux hommes sont abattus, à Salou en Espagne, visés par des tirs de fusils d'assaut de type Kalachnikov. Un mode opératoire qui n'est pas sans rappeler les règlements de compte dans la cité phocéenne. 

Les deux victimes, surnommées "Scar" et "Nadir", étaient en lien avec la cité de la Paternelle dans le 14ème arrondissement de Marseille, un point de deal violemment disputé entre les clans criminels "Yoda" et "DZ Mafia". 

Compte tenu du lien des victimes avec le narchobanditisme marseillais, une enquête est menée l'Office Central de Lutte Contre le Crime Organisé, la PJ de Marseille et les services de police espagnols de Tarragone. 

Le lendemain du meurtre, un homme de 24 ans avait été interpellé. L'enquête sur le long cours, aura permis d'identifier les auteurs présumés des tirs, ainsi que ceux qui auraient participé à la logistique de cette expédition meurtrière. 

Coup de filet à l'automne : 24 interpellations

Le 28 novembre dernier, une vaste opération de sécurité menée dans les quartiers Nord de Marseille a conduit à l'arrestation de 24 individus suspectés d'être en lien avec le trafic de drogue. Dans le viseur des forces de l'ordre, les cités Font-Vert et des Marronniers (14ème), et le quartier de La Viste (15ème). 

Le procureur Nicolas Bessone annonçait alors vouloir "décapiter l'organisation" DZ Mafia. En effet, selon une source policière proche du dossier, elles seraient soupçonnées d’appartenir à ce clan marseillais, confirmant ainsi une information du JDD. 

Parmi les interpellés, beaucoup de mineurs, mais aussi des têtes de réseau, précisait alors le procureur de la République, pour qui "L’objectif est de mettre hors d’état de nuire les personnes qui se livrent à ce trafic". 

Trois femmes, sept hommes suspectés d'avoir participé à un assassinat en août 2023

En octobre dernier, les autorités ont mis en examen dix individus. Ils ont été placés en détention provisoire. Parmi eux, trois femmes, dont une de 24 ans, qui pourrait avoir été à la tête de l'équipe. 

Ils sont soupçonnés d'avoir participé à l'assassinat d'un homme de 23 ans. C'était en août 2023, cité des Micocouliers (14ème). Ils sont également visés pour leur implication dans le trafic de stupéfiants et l'organisation de coups de force et de narchomicides pour le compte de DZ MAFIA.

Pilonnages et opérations Place Nette

Depuis plusieurs semaines, les forces de l'ordre multiplient les opérations de pilonnage des points de deal. Des opérations menées conjointement entre la Préfecture de police et l'autorité judiciaire. 

Frédérique Camilleri, Préfète de police des Bouches-du-Rhône expliquait à l'automne vouloir "harceler les points de deal" : ces opérations permettent de "retirer du produit, de l’argent mais surtout d’interpeller toutes les petites mains du trafic. Et enfin une action en profondeur de la police judiciaire, sous l’autorité des magistrats, pour aller décapiter les organisations criminelles organisées."

En parallèle, des opérations Place Nette sont menées aux lendemains de ces coups de filet dans les cités. L'objectif, rendre le quartier aux habitants, en effaçant les marques du trafic dans les rues. 

En 2023, plus de 1800 trafiquants ont été interpellés, et 70 points de deal fermés. Et pourtant la guerre des gangs continue. Cette année a été tristement sanglante : le narcotrafic a fait au moins 49 victimes dans la cité phocéenne. 

Une guerre qui s'exporte désormais au-delà de Marseille, et des frontières du pays.