"Un jeune sur deux ne sait pas nager" : trois choses à savoir sur la piscine d'eau de mer de Marseille

Début juin, la municipalité de Marseille va ouvrir sa première piscine de mer, ou plutôt une plage urbaine temporaire aux pieds du Mucem. Un projet qui avait été évoqué en 2023, mais qui n'avait pas abouti.

La date d'ouverture de la piscine de mer est fixée, ce sera le 21 juin. Ce jeudi 15 février, l’adjoint municipal au littoral, Hervé Menchon (EELV), et le maire de secteur des 2e et 3e arrondissements, Anthony Krehmeier (Printemps marseillais), ont présenté le projet de plage urbaine. Les travaux vont débuter début avril.

Réduire les inégalités d'accès aux lieux de baignade

Cette plage urbaine présentée par la mairie de Marseille, aspire à réduire les inégalités en matière d'accès aux lieux de baignade. "Ça fait des années et des années que cette ville a été coupée en deux, et l'accès à la baignade comme les écoles, comme les bibliothèques, comme les transports, comme un tas d'autres sujets, en est un exemple", a déploré jeudi 16 février lors d'un point de presse Anthony Krehmeier, maire de secteur des 2e et 3e arrondissements. Dans ces deux arrondissements, il y a "90.000 habitants, zéro piscine. C'est comme s'il n'y avait pas de piscine à Avignon ! Ca ne serait même pas imaginable et pourtant c'est le cas ici à Marseille", a-t-il insisté.

L'élu a rappelé qu'on a près d'un jeune sur deux qui ne sait pas nager à l'entrée 6e dans les 2 et 3e arrondissements de Marseille”.

Sans donner de date, la municipalité a précisé qu'à terme, une piscine flottante de 1,30 m de profondeur sera installée sur ce site pour permettre l'apprentissage de la natation.

Les structures démontables sont "en bois et d'inox, respectueux de l'environnement architectural et patrimonial qui est juste derrière", indique Hérvé Menchon.

La municipalité assure que des prélèvements quotidiens auront lieu pour contrôler la qualité des eaux de baignades comme pour les autres plages de la ville.

Des installations temporaires pour 6 millions d'euros

Cette piscine d'eau de mer temporaire (de juin à août), va coûter à la communauté plus de 6 millions d'euros. Un budget que les élus marseillais devront voter ce vendredi 16 février au conseil municipal pour un bail de trois saisons.

"Ça revient bien moins cher qu'une piscine, et ce sera d'ailleurs en superficie de baignade le double de ce qui est proposé par une piscine olympique", a fait valoir Hervé Menchon, adjoint au maire chargé de la mer et du littoral, en précisant "viser le 21 juin" pour l'ouverture officielle du site dont l'accès, gratuit, ne sera soumis à aucune jauge.

Les libres nageurs à l'origine du projet

Tombé à l'eau en juillet 2023, le projet de piscine d'eau de mer dans le grand bassin à l'est du Mucem et de Cosquer Méditerranée refait surface. Lors du dernier conseil municipal de Marseille, le 20 octobre 2023, les élus de la Ville ont voté en faveur de la "création d'un site de baignade" sur place.

Depuis 2021, l'association des Libres Nageurs milite pour que ce "lieu unique" soit aménagé comme une piscine publique d'eau de mer, accessible à tous les Marseillais. Ses membres ont régulièrement plongé dans cet espace depuis trois ans pour réclamer leur piscine, malgré la baignade interdite, comme bon nombre de Marseillais l'été qui s'autorisent régulièrement à faire trempette près du Mucem.

Trois ans après les premières revendications des Libres-Nageurs, le spot de baignade du Mucem ouvre donc enfin autour de divers enjeux. D’abord patrimonial, dans ce cadre qui condense les sites les plus emblématiques de Marseille : le Mucem, le fort Saint-Jean, le Vieux-Port, Cosquer Méditerranée, avec vue sur le palais du Pharo et la cathédrale de la Major.