VIDEO. Confinement : des radars autoroutiers de la région PACA mis hors service par des patrons de discothèques

Lassés "de ne pas être écoutés" par le gouvernement, ils se sont attaqués aux radars de la région dans la nuit de dimanche à lundi. Ils ont posé des autocollants sur les radars pour exprimer leur colère. Après neuf mois sans revenus et aucune perspective d'ouverture, ils se disent désespérés.
 
"Notre vie est en train de s'écrouler", explique à France 3 un patron de discothèque. Plusieurs d'entre eux se sont attaqués à des radars autoroutiers de la région dans la nuit du dimanche 6 au lundi 7 décembre pour afficher leur colère et leur désespoir contre l'interdiction de réouvrir les boites de nuit en raison de l'épidémie de Covid-19. 

De Toulon,  à Aix-en-Provence, en passant par Martigues ou encore Marseille, ils ont apposé des autocollants sur les radars qui se trouvaient tout au long des routes. 
durée de la vidéo: 00 min 34
Opération coup de poings sur les radars autoroutiers de la région par les patrons de discothèque

Une opération d'affichage qui s'est déroulé sans "aucune casse", assure l'un des patrons de discothèque. Il s'agit "juste d'autocollants avec nos messages", précise-t-il, qui empêche toutefois les radars de fonctionner normalement.

Neuf mois sans revenu

Depuis neuf mois et le début du premier confinement, les discothèques ont fermé leurs portes et "nous n'avons aucune perspectives de réouverture", se désepèrent les professionnels.

Plusieurs patrons de discothèques ont le moral au plus bas. Certains ont même tenté de mettre fin à leurs jours, nous précise ce patron de discothèque. Le taux de dépression dans la profession est sans précedent.

"Nous touchons actuellement les aides pour les mois de Mars Avril Mai et Juin, et nous sommes en train de faire les demandes pour les mois suivants", détaille ce patron de discothèque de la région.

Le plafond des aides est de 15.000 euros par mois. Tous ne sont pas éligibles à cette aide.

"Ce sont les économies de toute une vie, nous sommes en train de tout perdre, et les crédits de nos maisons et de nos établissements continuent de tomber. On n'y arrive plus", constate ce patron de discothèque.

Propositions au gouvernement

Plusieurs réunions ont eu lieu entre les différentes parties et un protocole sanitaire a été proposé par le collectif des patrons de boîtes de nuit. Sans succès, la décision est ferme et définitive : pas de réouverture au programme pour les 1.600 établissements du pays.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société paca économie mouvement social social manifestation