Policier de la BAC écroué : le patron de la police rencontre les agents de la Brigade Anti-Criminalité de Marseille

Frédéric Veaux est venu échanger avec les collègues des quatre policiers mis en examen pour violences policières, en marge des émeutes qui sont suivi la mort de Nahel début juillet.

Le directeur général de la police nationale, Frédéric Veaux, est en visite à Marseille ce samedi 22 juillet, à l'Hôtel de Police, pour rencontrer les agents de la BAC, alors que les syndicats ont appelé à un service minimum après la mise en détention d'un de leur collègue.

Sur les quatre policiers de la BAC de Marseille mis en examen jeudi à Marseille, trois sont rentrés chez eux sous contrôle judiciaire avec intedrciton d'exercer, le quatrième a été écroué. Ils sont soupçonnés de violences commises sur un jeune homme de 21 ans, hospitalisé et plongé dans le coma pendant plusieurs heures en marge des émeutes qui ont suivi la mort de Nahel à Nanterre. 

Une cagnotte de soutien en ligne

Une cagnotte a été ouverte en ligne via l'amicale de la BAC Sud en soutien aux agents poursuivis. Elle a récolté près de 32 000 euros en deux jours.

L'Association Nationale de la police judiciaire (ANPJ) s'est associée "à l’émotion de ses collègues de voie publique", sans toutefois prendre position sur le fond du dossier, elle rappelle dans un communiqué que "depuis plusieurs années, le travail de la Police Nationale est devenu plus complexe et risqué". Elle estime qu'"aujourd’hui, ces agents de l’État ne sont plus protégés dans leur fonction et ne peuvent plusaccomplir sereinement et efficacement leurs missions". Selon l'ANPJ, cet appel à un service minimum, "c’est le seul signal d’alarme à leur disposition pour alerter l’autorité politique et l’opinion publique qu’un point de rupture est atteint".

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité