Pourquoi Renaud Muselier est ravi que la Camargue ne devienne pas un parc national

La Camargue restera un parc naturel régional, le président de la Région Renaud Muselier opposé au projet de parc national en a reçu la confirmation du ministre de la Transition écologique Christophe Béchu.

"Victoire, il n'y aura pas de parc national des Calanques." Renaud Muselier a exprimé son entière satisfaction sur son compte Twitter jeudi 6 avril après l'abandon du projet par le ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires. Le président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur explique dans un communiqué avoir reçu un courrier de Christophe Béchu dans ce sens.

"C'est historique", commente Renaud Muselier, qui se réjouit que le message des Camarguais ait été entendu à Paris. France 3 Provence-Alpes vous explique pourquoi Renaud Muselier se réjouit de cette décision.

  • Le plus ancien parc régional de France 

Pour Renaud Muselier, il n'est pas question de toucher à "une institution centrale et reconnue dans le paysage camarguais". Créé par décret le 25 septembre 1970, le parc s'étend sur 100 000 hectares à cheval sur trois communes : Arles, Port-Saint-Louis-du-Rhône, Les Saintes-Maries-de-la-Mer.

Profitant de la révision de la charte prévue d'ici 2026, la LPO plaide depuis des années pour un "parc national à l’échelle du delta biogéographique" et le classement de la Camargue au Patrimoine mondial de l’Unesco au titre des biens naturels et culturels en complément d’une des deux options précédentes. L'association dénonce une situation de "crise depuis plusieurs années en lien avec sa gouvernance et avec l’empreinte des enjeux majeurs de l’adaptation au changement climatique et leurs conséquences environnementales et socio-économiques dans cette zone humide deltaïque."

En 2022, la LPO Paca a ainsi demandé le lancement d'une consultation de la population et des acteurs locaux sur ce sujet. 

  • Une gouvernance remise sur les rails 

Renaud Muselier rappelle qu'il a marqué son opposition au projet le 24 mars dernier, par une motion unanimement votée par l’Assemblée plénière de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. "Non, nous ne voulions pas d’un Parc national en Camargue, et nous sommes attachés à notre Parc régional." 

Avec une contribution de 40 % du budget, la Région est le principal financeur du parc. Il y a un an, presque jour pour jour, Renaud Muselier avait suspendu l'aide financière fustigeant "une gestion peu rigoureuse" et conditionnant le rétablissement de la contribution régional à un assainissement de la situtaion.

"Le Parc naturel régional de Camargue est notre trésor. En 2022, nous l’avons relancé avec un changement complet de gouvernance", explique aujourd'hui le président de la Région Sud dans son communiqué, soulignant l'arrivée d'une nouvelle présidente, Anne Claudius-Petit, et d'un nouveau directeur "pour redonner un souffle nouveau, une impulsion nouvelle, à ce parc indispensable pour notre territoire. Avec la création d’un Conseil consultatif pour représenter ses forces vives, il est désormais en ordre de marche."

  • Une écosystème exceptionnel de nature

Renaud Muselier salue enfin cette décision du ministre qui "est une victoire pour notre région, pour tous les Camarguais et pour cet écosystème exceptionnel de nature, d’activité et de vie qui caractérise la Camargue. A nos côtés, l’Etat nous renouvelle sa confiance et c’est une grande nouvelle pour notre territoire."

La Camargue est la plus grande zone humide de France, elle est considérée comme un des hauts lieux de la biodiversité au niveau international. Le territoire est inscrit à la liste des sites de la Convention de Ramsar, il est aussi classé réserve de biopshère de l'UNESCO sur l'ensemble du delta biogéographique du Rône, Réserve naturelle, nationale et régionale, propriétés du Conservatoire du littoral, ce dernier est aujourd'hui le plus grand propriétaire foncier en Camargue. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité