• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Pour régler le long conflit McDonald's à Marseille, le personnel fait appel aux pouvoirs publics

Des salariés du McDonald's de Saint-Barthélémy attendent la décision du tribunal, le 20 août 2018 / © VALérie Vrel / MAXPPP
Des salariés du McDonald's de Saint-Barthélémy attendent la décision du tribunal, le 20 août 2018 / © VALérie Vrel / MAXPPP

18 mois : le conflit chez McDonald's s'éternise. A Marseille, le personnel du "McDo" Saint-Barthélémy affronte toujours le géant américain de la restauration rapide. Ce mardi, les salariés demandent l'arbitrage des pouvoirs publics.

Par AFP / ND

Les représentants syndicaux du McDonald’s Saint-Barthélémy (dans le 14ème arrondissement de Marseille) ont rencontré à Bercy Jean-Pierre Floris, délégué interministériel à l'industrie. Ils font appel à lui pour "trouver une sortie de crise".

"Notre seule revendication, c'est que nous voulons travailler, mais dans la dignité", explique à l'AFP Tony Rodriguez (du syndicat Sud).

"La réunion a permis de lever les interrogations des pouvoirs publics par rapport aux déclarations de McDo France", a indiqué de son côté Salim Grabsi, du syndicat des quartiers populaires de Marseille. "Jean-Pierre Floris nous a dit qu'il contacterait tout de suite la direction de McDo France".

Un changement de propriétaire douloureux

Le conflit a commencé quand l’ancien franchisé de l'établissement, Jean-Pierre Brochiero, a voulu céder ses six fast-foods marseillais.Cinq d'entre eux ont été promis à un autre franchisé.

Le dernier, celui de Saint-Barthélémy, devait abandonner l'enseigne McDonald's pour celle d'Hali Food, une société tunisienne inconnue. Le projet était de faire du halal asiatique. Cette cession a été annulée par la justice.
Le 7 août 2018, un délégué syndical se retranche dans le fast-food avec des bidons d'essence, menaçant de mettre le feu. Il est finalement ressorti dans le calme. / © SPEICH Frédéric / MAXPPP
Le 7 août 2018, un délégué syndical se retranche dans le fast-food avec des bidons d'essence, menaçant de mettre le feu. Il est finalement ressorti dans le calme. / © SPEICH Frédéric / MAXPPP

Trois fois moins de personnel, selon les syndicats

Selon le représentant syndical Tony Rodriguez : "Depuis, (la décision de justice, ndlr) le franchisé ne nous donne plus les moyens de maintenir l'activité, en particulier en personnel. Alors qu'à l'heure de pointe il faudrait 20 salariés pour tourner, ils ne sont que 7".

Tony Rodriguez rappelle que la direction a aussi procédé à 7 licenciements économiques. Celui d'un représentant syndical a été refusé par l'inspection du travail.

"A présent, ils nous menacent d'une fermeture administrative totale", poursuit Tony Rodriguez. 

Seul restaurant McDo situé dans les quartiers Nord de Marseille où il joue un rôle social important, l'établissement de Saint-Barthélémy emploie environ 80 salariés, CDD compris.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Label Tourisme et Handicap, état des lieux.

Les + Lus