"Saraf", "charcleurs", "guitares"... Le vocabulaire très codifié des organisations pyramidales du narcotrafic marseillais

Devant la commision d'enquête parlementaire sur le narcotrafic, trois magistrats marseillais ont détaillé ce mardi le fonctionnement minutieusement organisé des organisations criminelles du trafic de drogue à Marseille. Avec à chaque fois, un lexique très particulier.

C'est une pyramide où le sommet écrase la base. Entendus par la commission d'enquête sur le narcotrafic mardi 5 mars, trois magistrats marseillais ont relaté face aux parlementaires la réalité de la lutte contre le trafic de drogue. Isabelle Couderc, vice-présidente chargée de l'instruction à la juridiction interrégionale spécialisée dans la lutte contre la criminalité et la délinquance organisée (JIRS) de Marseille a décrit un "mode de fonctionnement très hiérarchisé et pyramidal" où chaque personne tient un rôle très spécifique. 

Au sommet de la pyramide, les têtes de réseau depuis des pays étrangers tels que les Emirats arabes unis, les pays du Maghreb, les Pays-Bas, l'Espagne, gèrent le trafic à distance. Dans une "grande aisance financière", ils vivent parfois au grand jour sans "payer un seul euro d'impôt en France". Sous ces dirigeants, une multitude de métiers existe avec différents niveaux de rémunération. 

France 3 Provence-Alpes vous détaille le lexique des métiers du narcotrafic marseillais. 

Chouf = guetteur. C'est le terme le plus connu du grand public. Chouf, "regarde" en arabe, décrit la fonction de guetteur. Son rôle est d'alerter le vendeur de la présence de la police ou d'une personne suspecte pendant une transaction. "Ils sont très jeunes, déscolarisés", a rappelé Isabelle Couderc. "On les trouve sur les canapés éventrés en bas des immeubles". "Travailleurs précaires", ils gagnent environ 200 euros par jour. Ce sont des cibles faciles, "tout en bas de la pyramide"

Charbonneur =  vendeur. Assistés des choufs, les charbonneurs sont les vendeurs de stupéfiants sur les points de deal. Un gérant de point de deal touche environ 8 000 euros par mois. 

Ravitailleurs  = personnes chargés de "ravitailler" les points de deal, c'est-à-dire de déposer des stupéfiants en vue de leur vente. 

Nourrices = personnes chargées de garder de la drogue ou de l'argent chez elles. En 2020, une femme de 42 ans, "nourrice", a été interpellée. Dans son appartement, les stups ont également découvert plus de 20.000 euros en liquide, en plus du cannabis dont la valeur à la revente est estimée à 10.000 euros, et 365 gr de cocaïne d’une valeur de 20.000 euros.

Logisticien  = individu dédié exclusivement à la logistique automobile. Placé haut dans la hiérarchie, le logisticien est chargé de récupérer les voitures volés, louer des GPS, par exemple. Ils s’occupent des bidons d’essence et des plaques d’immatriculation.

Saraf = banquier. Le saraf est une forme de "pseudo banquier occulte", décrit Isabelle Couderc. C'est en fait une sorte d'agent de change par lequel les bénéfices de la vente de stupéfiants transitent sans qu'aucun argent physique ne change de main. Un système qui permet d'échanger des fonds entre pays en toute clandestinité par un processus de compensation avec versement d'une commission à chaque transaction. Un système aussi "efficace, qu'indédétectable et artisanal", note la magistrate.

Charcleur = tueur. Les charcleurs aussi appelés tapeurs, appartiennent à la bien nommée "équipe feu" chargée de faire feu ou plus précisément d'éliminer les personnes gênantes ou adversaires. Ils ont pour mission de récupérer les points de deals. Le charcleur est assez haut placé dans la pyramide du narcotrafic. 

Guitare = kalachnikov. "Un joli nom donné à un instrument de mort", ponctue Isabelle Couderc. Les armes automatiques de type kalachnikov sont les plus utilisées lors des règlements de compte liés au narcotrafic. Dans le même temps, la multiplication des armes fabriquées avec des imprimantes 3D inquiète les autorités. 

Garages = ceux ou celles qui planquent les "équipes feu" après leurs forfaits. Cette mission apparait de plus en plus dévolu à des femmes. "Avant, les femmes étaient cantonnées au rôle de nourrice, a expliqué Nicolas Bessone, procureur de la République de Marseille. Désormais, il y a des femmes qui commanditent, selon les dérives vues avec la Camora napolitaine dans les années 2005".

Monsieur Propre = personne missionée pour faire le ménager après un assassinat. Il doit nettoyer la voiture, les vêtements des tueurs et faire disparaître les armes.

Donneurs de "Go" = personnes chargés de renseigner les tueurs. L'expression a été reprise dans des chansons de rap

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Provence-Alpes-Côte d'Azur
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité