Sécurité routière : conduite sous stupéfiants, mortalité, accidents... les chiffres à retenir de l'année 2022

La préfecture de police des Bouches-du-Rhône a souligné ce vendredi 24 février la hausse de la mortalité liée à la conduite sous l'emprise de stupéfiants sur les routes du département.

Pierre Palmade, mis en examen pour "homicide et blessures involontaires" après le grave accident qu'il a provoqué sous l'emprise de la cocaïne, saura lundi 27 février s'il va en prison. Ce matin, vendredi 24 février, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, appelée à se prononcer sur l'assignation à résidence de l'humoriste, a mis sa décision en délibéré, rapporte France Info. C'est ce même jour que la préfète de police des Bouches-du-Rhône, Frédérique Camilleri, a présenté les chiffres de l'année 2022 de la sécurité routière dans le département. Voici ce qu'il faut retenir de ce bilan.

  • 23 % des accidents mortels liés aux stupéfiants

C'est devenu la 3e cause de décès sur les routese du département. La conduite après usage de stupéfiants est responsable de près d'un quart des accidents mortels (23 %), ce qui en fait le 3e principal facteur risque après la vitesse (32 %) et l'alcool (28 %). Surtout, la conduite addictive en cause dans des accidents est en constante augmentation ces dernières années, elle était de 21 % en 2021, et 13 % en 2019. L'alcoolémie est aussi un facteur qui s'aggrave dans ce département, +3 points par rapport à 2021, alors que la vitesse en tête de ce trio reste stable.

Pour lutter contre ces "comportements dangereux et irresponsables", les contrôles ont été renforcés. "On a quasiment doublé le nombre de contrôles depuis trois ans sur les drogues au volant, note la préfète de police, Frédérique Camilleri, interrogée par Mélanie Frey pour France 3 Provence-Alpes. On sait bien depuis quelques années que c'est un véritable fléau."

Plus de 5 000 opérations ont ainsi été menées sur les routes (+11 % par rapport à 2021). Plus de 27 000 dépistages de stupéfiants et plus de 120 000 d'alcoolémie ont été réalisés en 2022 dans le département. "On a également renforcé la répression derrière ces dépistages puisqu'il y a retrait du permis de conduire à toutes les personnes qui conduisent sous l'emprise des stupéfiants, souligne Frédérique Camilleri. 

"C'est vraiment la priorité de renforcer ces dépistages et de sortir de la route toute ces personnes qui avec des stups dans le sang parce que ça a quasiment les mêmes effets qu'une alcoolémie excessive."  

Frédérique Camilleri, préfète de police des Bouches-du-Rhône

"Les conduites sous stupéfiants c'est clairement un phénomène qui monte beaucoup dans les Bouches-du-Rhône, mais je pense que c'est même chose au niveau national, il y a des consommateurs partout malheureusement", ajoute-t-elle.

Selon la sécurité routière, le cocktail drogues/alcool multiplie par 29 le risque d'avoir un accident mortel.

"Il faut qu'il y ait une prise de conscience que la prise de stupéfiants, ça peut changer votre comportement au volant, immédiatement mais aussi dans les jours suivant et d'ailleurs on peut détecter ces stupéfiants jusqu'à 48 h à 72 h après la consommation", alerte encore Frédérique Camilleri.

Après l'accident provoqué par Pierre Palmade sous l'emprise de la cocaïne, le ministre de l'Intérieur a proposé le retrait de 12 points du permis pour les automobilistes qui conduisent en ayant consommé de la drogue.

    • 116 morts sur les routes des Bouches-du-Rhône 

     C'est 16 de plus qu'en 2021. En 2022, la mortalité a augmenté sur les routes des Bouches-du-Rhône par rapport à l'année précédente selon les données de l'observatoire départemental de la sécurité routière (ODSR). La hausse du nombre de tués est de +16 % sur un an, et de +13 % par rapport à 2019, année d'avant crise du Covid-19.

    Les routes hors agglomération connaissent moins d'accidents qu'en ville mais plus de tués (53 % des décès).

    • 816 accidents corporels de moins

    On dénombre plus de morts sur les routes, mais les accidents corporels sont pourtant nettement moins nombreux, ce qui implique qu'ils sont plus graves. Leur nombre a chuté de 18,8 %, passant de 3 994 à 3 178 entre 2021 et 2022.La baisse est encore plus significative par rapport à 2019, -25 %.

    Malgré cette amélioration de l'accidentalité, la préfecture note qu'en 2022 les Bouches-du-Rhône sont le 1er département de France par le nombre des accidents sur le territoire national, mais "ramené à sa population" ça le place au 36e rang. 

    "Il y a des signes encourageants, avec une forte baisse du nombre d'accidents et du nombre de blessés, donc il y a des comportements vertueux qui ont été intégrés malheureusement cela ne s'est pas encore traduit par une diminution du nombre de morts sur les routes", analyse la préfète de police Frédérique Camilleri.

    • 40 morts en deux-roues motorisés

    Un tué sur 3. Les deux-roues sont surreprésentés dans la mortalité routière du département cette année encore et cette tendance locale est nettement supérieure à la moyenne nationale, qui est de 1 sur 4. En 2022, 40 usagers de deux-roues motorisés sont morts sur les routes des Bouches-du-Rhône, ils sont impliqués dans près de 4 accidents sur 10.

    • 1 mort en trottinette et 6 à vélo

    La mortalité des mobilités douces est relativement stable par rapport à 2021 selon la préfecture de police mais il faut noter qu'en 2022, les département a vécu le premier décès d'un usager de trottinette électrique. Le jeune homme âgée d'une vingtaine d'années a été percuté par un bus de la RTM dans le centre-ville de Marseille le 17 mai. En France en 2022, les accidents de trottinettes électriques ont fait 34 morts et 600 blessés graves.

    Avec six tués en 2022, les cyclistes enregistrent une légère hausse, +4 par rapport à 2021.

    L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
    L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
    choisir une région
    France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité