Dérapage lors d'un procès en comparution immédiate à Marseille, peine allégée pour le condamné

© Maxppp/ SOLLIER Cyril
© Maxppp/ SOLLIER Cyril

La cour d'appel d'Aix-en-Provence a revu à la baisse, vendredi, la condamnation d'un jeune Marseillais. Les dérapages lors de son procès en comparution immédiate, le 10 février dernier, diffusé sur France Culture avaient créé la polémique.

Par Annie Vergnenegre

C'est le site Médiapart qui avait révélé l'affaire en mars dernier, affirmant que le tribunal de Marseille avait censuré un reportage de France Culture en raison de dérapages commis au cours d'une audience de comparution immédiate enregistrée par une journaliste.

3 ans de prison dont un avec sursis


Ce vendredi, la cour d'appel a rejugé cette affaire sans revenir sur la polémique et condamné le jeune prévenu, jugé pour vols, à trois ans de prison dont un an avec sursis et mise à l'épreuve. En février, le tribunal correctionnel de Marseille lui avait infligé en première instance cinq ans de prison dont six mois avec sursis et mise à l'épreuve. Le jeune homme a été maintenu en détention.

La polémique avait éclaté suite à la diffusion des propos de la présidente du tribunal et de la procureure tenus lors de cette audience à l'adresse du jeune prévenu atteint d'une psychose infantile. "C'est honteux, Monsieur, il n'y a même pas de mots. On ne sait même pas comment on arrive encore à vous regarder comme un être humain", lui avait asséné la juge présidant l'audience.

La rupture concomitante à la diffusion du reportage par la présidente du tribunal de grande instance et le procureur de la République de la convention autorisant France Culture à enregistrer des audiences jusqu'en juin avait envenimé la polémique.

La section locale du Syndicat de la Magistrature avait notamment critiqué cette décision: "En s'attaquant au messager, l'institution judiciaire donne une fois encore l'impression de vouloir se soustraire à la critique et s'épargner un examen de conscience". Une assemblée générale des magistrats marseillais s'était tenue sur fond de ces critiques de "censure de la presse".

Atteint d'une maladie psychiatrique


Entre le 17 janvier et le 7 février, il avait agressé deux collégiennes âgées de 12 et 14 ans et une lycéenne de 17 ans pour leur dérober leur téléphone portable. Commis dans un bus qu'il empruntait quotidiennement pour se rendre dans son lycée professionnel et dans le métro, le jeune prévenu avait accompagné ses vols de violences, notamment des coups de pied à une victime au sol.

Son défenseur Me Brice Grazzini a regretté devant la cour l'absence de "personnalisation de la peine", s'agissant d'un jeune homme qui n'avait jusqu'alors "jamais mis les pieds en garde à vue" et atteint d'une maladie psychiatrique ayant nécessité son hospitalisation en septembre 2016.

Sur le même sujet

Les + Lus