Nette augmentation des noyades dans les Bouches-du-Rhône

Publié le
Écrit par Nathalie Deumier .

Les sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône interviennent beaucoup plus que les années précédentes sur des noyades, en mer ou en piscine. Peut-être à cause de la canicule. Leurs conseils visent à éviter certains de ces accidents parfois mortels.

Pour les pompiers du SDIS 13, la saison estivale commence au mois de mai et s'étire jusqu'en septembre.

Pendant cette saison 2022, dans les Bouches-du-Rhône, les pompiers sont intervenus 25 fois pour noyade sur leur zone.

En comparaison, la saison 2021 entière a comptabilisé 20 noyades. Ces chiffres concernent toutes les victimes, décédées ou sauvées.

L'air est très chaud, l'eau aussi, ce qui pourrait expliquer ce phénomène. Ces événements se sont produits en mer ou en piscine, et touchent toutes les tranches d'âge : les enfants qui ne savent pas nager, les adultes qui surestiment leurs forces, ou les personnes âgées qui font un malaise.

Le lieutenant Christophe Sola est sapeur-pompier, responsable de la surveillance des baignades et des actions nautiques. "Une noyade se passe très vite, parfois dans peu d'eau. Des enfants se noient dans une baignoire." 

Pour éviter cette situation, ce pompier conseille déjà d'aller se baigner sur des plages surveillées et de protéger sa piscine. Sur une plage surveillée, le maître nageur sauveteur va pouvoir effectuer les premiers gestes de secours, primordiaux.

"Il est très difficile de repérer quelqu'un en train de se noyer, surtout lorsqu'il y a du monde,", décrit Christophe Sola "le visage de la personne est sous l'eau, parfois à 10 cm seulement de la surface, on ne voit rien."

Une noyade est silencieuse et rapide, moins d'une minute. "Certains font le bouchon, ils montent et descendent, ils sont plus faciles à repérer,"  poursuit le pompier. 

Ne pas lâcher les enfants des yeux

C'est le seul moyen efficace de les protéger. La bouée autour de la taille se retourne. Les brassards peuvent glisser. Seul le gilet de nage est efficace. Ce qui n'empêche pas de rester en permanence avec eux.

Savoir nager est également très important. Pour les plus petits, entre 1 et 4 ans, des cours d'aisance aquatique apprennent à se retourner sur le dos pour pouvoir respirer.

Entrer doucement dans l'eau

Le conseil est d'autant plus important par ces fortes chaleurs. Lorsque la mer est refroidie par un épisode de mistral, la différence entre la température de l'eau et de l'air se creuse. Dans ce cas-là, le risque d'hydrocution est important. 

Aller systématiquement aux urgences

La noyade sèche est sournoise. Quelques gouttes dans les poumons peuvent provoquer une infection et entraîner la mort. Aller à l'hôpital après une noyade peut sauver la vie.   

Nager près de la côte

Vous voulez impressionner quelqu'un ou dépasser vos limites ? Les pompiers récupèrent des nageurs partis vers le large. Epuisés.

Une bouée de nage accrochée autour de la taille permet de s'appuyer dessus en cas de fatigue.

Certains accidents paraissent inévitables, d'autres pourraient ne pas avoir lieu, en suivant ces conseils

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité