Journalistes d'Envoyé Spécial agressés : Didier Cornille, est condamné à payer à 1000 euros d’amende par le tribunal de police de Tarascon

Publié le Mis à jour le
Écrit par Margaid Quioc, Sidonie Canetto

Le tribunal de police de Tarascon a rendu sa décision ce lundi, concernant l'agression de journalistes. L’agriculteur, Didier Cornille, est condamné à verser 1000 euros d'amende. Les journalistes enquêtaient sur les conditions de travail des ouvriers agricoles pour l'émission de France 2, Envoyé Spécial.

Des images diffusées dans l'émission montraient un agriculteur, Didier Cornille s'en prendre physiquement aux journalistes.

L'agriculteur a été fixé sur son sort ce lundi.

"Didier Cornille a été déclaré coupable des faits pour violence n’ayant entrainée aucune interruption temporaire de travail", annonce Maître Alain Lhôte, l'avocat d'une des parties civiles.

L'agriculteur a été condamné à verser 1.000 euros d'amende, 1euro à chaque partie civile et 400 euros de frais de procédure à chaque syndicat de journalistes.

Didier Cornille s'était jeté sur le caméraman de France 2, Thomas Guéry, ce dernier a réagit à la condamnation.

"Je suis globalement content, d'autant que le tribunal est allé plus loin que les réquisitions du parquet", indique le journaliste.

" Cela montre bien que le motif coups et blessures volontaires a été pris compte", note Thomas Guéry.

Cette décision de justice " montre que l'on ne peut pas taper sur des journalistes impunément", ajoute Le reporter.

L'agriculteur, propriétaire de plusieurs milliers d'hectares dans les Bouches-du-Rhône et le Gard a été jugé le 20 décembre dernier à Tarascon pour “violence n’ayant entrainée aucune interruption temporaire de travail (ITT)”.

Les faits remontent au 10 septembre 2020. Trois journalistes tournent un reportage pour Envoyé Spécial sur les pratiques illicites concernant le travail et le logement de travailleurs agricoles étrangers.

Leur enquête les amène à s'intéresser aux activités de Didier Cornille. Ils décident de tourner une séquence devant le Mas de la Trésorière, que l'agriculteur loue à la société d'intérim espagnole Terra Fecundis. Des travailleurs agricoles y sont hébergés. 

L'agriculteur tente de casser la caméra

La scène de cette agression a été diffusée dans l'émission. Présent sur les lieux, Didier Cornille fonce sur l'équipe de journalistes avec son véhicule. Il descend ensuite de voiture et s'en prend au reporter Thomas Guéry et tente de casser sa caméra.

Laura Aguirre de Carcer s'interpose entre son collègue et Didier Cornille. L'agriculteur la repousse violemment. La troisième journaliste, une pigiste, n'a pas été touchée physiquement et a renoncé à porter plainte.

Le SNJ, le SNJ-CGT et la CFDT-Journalistes se sont portées parties civiles dans ce procès. Ils ont recensé une centaine d'agressions sur des journalistes depuis trois ans, depuis la séquence Loi Travail, les Gilets jaunes et les manifestations anti-pass sanitaire.

Didier Cornille est le principal client de Terra Fecundis, récemment renommée Work For All. Ses dirigeants ont été condamnés à quatre ans de prison avec sursis et 100.000 euros d'amende pour fraude au travail dissimulé et marchandage de main d'oeuvre en juillet dernier 2021.

Un nouveau procès pour travail dissimulé visant Terra Fecundis et plusieurs exploitants agricoles recourant à ses services se tiendra à Nîmes le 18 mars prochain.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité