Vivre en quarantaine à Carry-le-Rouet : un quotidien “presque” normal

Image d'un des ressortissants dans le centre de Carry-le-Rouet, le 7 février / © Paul GELI / FTV
Image d'un des ressortissants dans le centre de Carry-le-Rouet, le 7 février / © Paul GELI / FTV

226 personnes sont confinées en quarantaine depuis une semaine dans le centre de vacances de Carry-le-Rouet. Ecole, sport, télétravail... Les équipes en charge des expatriés de Wuhan font tout pour que leur quotidien soit le plus "normal" que possible.

Par Louise Beliaeff

La vie a repris son cours pour les 226 ressortissants Français rapatriés de Wuhan le 31 janvier. Logés en quarantaine dans un centre de vacances de Carry-le-Rouet, ceux qui ont fui l'épicentre où sévit le coronavirus semblent avoir retrouvé un quotidien normal, ou presque.

Vendredi 7 février, le préfet Pierre Dartout a fait le déplacement au centre dans le cadre de la réunion d'information organisée le soir-même à Carry-le-Rouet. "Pour l'instant, les choses se passent bien", a-t-il affirmé.
Centre de Carry-le-Rouet / © Paul GELI / FTV
Centre de Carry-le-Rouet / © Paul GELI / FTV
Les services de gendarmerie, Croix-Rouge, Sécurité civile et réserve sanitaire animent les journées des rapatriés encore en confinement pour une semaine. 

Sports, école, loisirs et travail

Marc Zyltman, responsable Croix-Rouge du dispositif de quarantaine à Carry-le-Rouet, liste les services proposés aux résidents à partir de 10 heures du matin : une maternelle, du soutien scolaire, un centre aéré l'après-midi et autres activités sportives et ludiques.

Une chasse aux trésors a par exemple été organisée ce samedi 8 février quand la veille, les rapatriés ont eu droit à une oursinade

On assiste à un retour à la vie normale 


"Une partie des expatriés a repris des activités de télétravail, décrit le lieutenant-colonel Audibert, en charge de la coordination de tous les services sur le camp de Carry-le-Rouet. Les enfants ont repris des activités scolaires encadrées par les expatriées eux-mêmes". Plusieurs enseignants font en effet partie des 226 hébergés dans le centre. 
Un des rapatriés téléphone dans le centre de Carry-le-Rouet / © Paul GELI / FTV
Un des rapatriés téléphone dans le centre de Carry-le-Rouet / © Paul GELI / FTV
Le responsable Croix-Rouge Marc Zyltman se félicite également du "grand succès" des initiations aux premiers secours proposées tous les soirs entre 16 heures et 18 heures. "Ca marche très, très bien".

Les rapatriés ont la possiblité d'obtenir des euros grâce à un distributeur mis en place dans le centre, ils peuvent donc donner une liste de courses à la conciergerie. Vêtements, livres, jouets, nourriture (en plus du service de traiteur proposé au centre) mais aussi cigarettes ou préservatifs. Le quotidien, en somme.

Sécurité sanitaire

En parallèle de l'animation de cette vie quotidienne, une veille médicale est assurée sur le camp 24 heures sur 24 pour les résidents, mais également pour les intervenants. Les deux premiers tests effectués sur les personnes herbergées se sont révélés négatifs au coronavirus.
© Paul GELI / FTV
© Paul GELI / FTV

Quant au moral, il semble bon. "On a créé une vraie vie", "une vie collective sereine", explique Marc Zyltman. Même son de clôche du côté du lieutenant-colonel Audibert : "L’ambiance est bonne voire excellente".

Se préparer à "l'après"

Si la première semaine de quarantaine a servi à gérer le choc post-traumatique dû au rapatriement, à mettre en place un quotidien jalonné d'activités variées, la seconde semaine va à présent servir à préparer la sortie des expatriés. Car le retour en Chine ne se fera pas tout de suite. 

Certains n'ont pas de famille ni de connaissances en France qui peuvent les accueillir à leur sortie, certains ont été évacués de Chine si vite qu'ils n'ont pas pu récupérer d'affaires, pas même un téléphone.

Les équipes vont donc faire en sorte d'étudier chaque cas pour ne pas qu'une personne se retrouve perdue à sa sortie du camp de vacances.

Pour se faire, une fiche validée par différents ministères va être distribuée à tous pour permettre une évaluation précise au cas par cas et pouvoir gérer les problèmes de sécurité sociale, d'accès aux droits, de scolarisation des enfants. Sur les 226 hebergés, on compte 37 enfants âgés de 0 à 13 ans.

Le préfet reste flou sur la date de sortie de quarantaine. Vendredi 14 ou samedi 15 février, a priori.

Nouveaux rapatriés à Aix

38 nouveaux Français vont être rapatriés de Wuhan dimanche 9 février dans les locaux de l'Ecole nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers (Ensosp) d'Aix-en-Provence, a annoncé Agnès Buzyn vendredi 7 février. Ils y seront confinés 14 jours.

La ministre a également indiqué que "plusieurs" des six patients hospitalisés en France après avoir été infectés par le coronavirus "vont mieux" et "pourraient sortir dans les prochains jours".
A ce jour, le bilan dépasse les 720 morts. Un Américain, première victime non chinoise, est décédé ce samedi 8 février. 5 nouvaux cas "sans gravité" dont un enfant de 9 ans ont été idenifiés en France.

Le ministère des Affaires étrangères déconseille, sauf raison impérative, tout voyage en Chine. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus