• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

“Boues rouges” à Gardanne : Alteo répond aux questions qui fâchent

C'est sur le site de Mange-Garri à Bouc Bel Air qu'Alteo stocke les "boues rouges" / © France 3 Provence Alpes
C'est sur le site de Mange-Garri à Bouc Bel Air qu'Alteo stocke les "boues rouges" / © France 3 Provence Alpes

Une visite de presse était organisée vendredi 22 mars sur le site d'Alteo à Gardanne, une opération séduction, afin de démontrer les investissements réalisés par le groupe, pour réduire son impact environnemental 

Par PG

Vendredi, l'usine de production d'alumine de Gardanne a ouvert ses portes à la presse. Une opération communication bien menée, pour répondre aux allégations des écologistes. L'objectif, montrer les investissements réalisés par Altéo, pour répondre aux enjeux environnementaux. 

Frédéric Ramé, Président d'Alteo Holding le souligne :

Depuis 2005, 50% de nos investissements, soit 35 millions d 'euros, ont été réalisés pour la question environnementale. Nous assumons ce rôle d'industriel, et nous inventons, nous innovons, nous agissons tous les jours pour réduire notre impact environnemental

Car l'entreprise est dans le collimateur des écologistes depuis des mois. En février dernier, 23 tonnes de "boues rouges" étaient déversées devant le ministère de la Transition Ecologique, pour dénoncer la toxicité de ces déchets, issus de l'extraction d'alumines contenus dans la bauxite. L'entreprise avait riposté en portant plainte pour vol.  

Le 13 mars dernier, les militants de ZEA avaient également déversé devant l'usine d'Alteo plusieurs tonnes de bauxite prélevées sur ce qu'ils considèrent comme une "décharge sauvage". Ils dénoncent la toxicité même de la matière première, composée de métaux lourds.

Pour Frédéric Ramé, "ce n'est pas la composition d'une matière qui fait que c'est dangereux ou toxique. C'est très facile de dire : "Ah moi j'ai vu du plomb dans ce truc là c'est dangereux". Non, ce n'est pas ça, sinon on arrêterait tout et vous arrêteriez de boire votre thé qui a cuit dans une casserole en inox. C'est très simple de faire ce type de déclaration, mais à la fin ce n'est pas vrai".

L'industriel s'appuie également sur les mesures scientifiques, qui démontrent selon lui qu'il n'y a pas "de risque sanitaire", que ce soit sur le déversement des eaux traitées ou dans les poussières du site de Mange-Garri à Bouc Bel Air.

Le bras de fer entre les écologistes et Alteo n'est pas prêt de se terminer. Une plainte a été déposée contre X et une information judiciaire vient d'être ouverte contre l'industriel pour mise en danger de la vie d'autrui.









 

Sur le même sujet

Festival de Cannes : une fausse star fait le buzz sur la Croisette

Les + Lus