Consommation : faut-il manger moins de viande ? L'idée n'est pas au goût de tous les Français

Publié le Mis à jour le
Écrit par Adrien Gavazzi .

Eleveurs ou transformateurs, les acteurs de la filière viande étaient en opération portes ouvertes du 24 au 31 mai pour la 6e édition des rencontres "Made in viande". Une opération séduction, à l'heure des nouvelles habitudes de consommation moins carnée. On en parle dans l'avant-JT à 18h30. 

"Aimez la viande et ceux qui la font" : l'interprofession du bétail et des viandes invite les Français, par ce slogan, à changer de regard sur la filière.

Organisées dans tout le pays, les 6e rencontres "Made in viande" ont été relayées en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, du 24 au 31 mai 2021. 

Une vaste opération de communication, reposant sur de nombreuses portes ouvertes, aussi bien chez les poducteurs ("La poule de Crau" à Eyguières dans les Bouches-du-Rhône, "La boucherie des 5 vallées" à Guillestre dans les Hautes-Alpes) que chez les transformateurs (l'atelier de découpe à "La ferme de la Clastre" aux Dorats dans les Alpes-de-Haute-Provence). 

"L'idée est de montrer qu'on est des gens responsables, complètement en phase avec notre époque", détaille un responsable de la filière.

Communication à gauche toutes

Cela se retrouve dans la communication des rencontres "Made in viande", qui matraquent sur des thématiques ouvertement à gauche : "préservation de l'environnement", "bien-être des animaux", "juste rémunération" et "alimentation de qualité, raisonnée et durable".

Du poil à gratter pour l'association végétarienne de France, qui dénonce "une connerie sans nom", de la "pure propagande" : "au nom de notre santé, de l'environnement et du bien-être des animaux, il faudrait une fois pour toutes arrêter la viande, plutôt qu'essayer de l'édulcorer", pécise une militante. 

Mais les chiffres sont tenaces : les végétariens ne représentent qu'un peu plus de 2 % de la population. Les végétaliens, encore moins. 

Selon un sondage Ifop pour FranceAgriMer, 9 Français sur 10 déclarent aimer le goût de la viande et pensent qu'on peut en manger tout en respectant le bien-être animal ; 8 Français sur 10 considèrent qu'il faut manger de la viande pour être en bonne santré. 

Le président pro-viande

Même son de cloche du côté de l'exécutif : "La viande fait partie du régime alimentaire qui est nécessaire pour avoir l'apport en protéines", a déclaré Emmanuel Macron, mardi 18 mai 2021, dans un message enregistré et destiné au "Grand rendez-vous de la souveraineté alimentaire", organisé par le Conseil de l'agriculture française.

Le président a poursuivi : "La viande, il n'en faut pas tout le temps. Il ne faut pas un excès. Enfin, il ne faut pas non plus dire : ça disparaît. Et donc, il faut une viande de qualité."

Un message en résonance avec les habitudes alimentaires des Français, de plus en plus nombreux à se dire "flexitariens" (24 %, selon notre sondage) : les flexitariens sont ceux qui diminuent leur consommation de viande, préférant sélectionner de la viande de qualité plutôt qu'en manger tous les jours. 

68 % des Français, de la même manière, considèrent que nous consommons trop de viande. 

Message reçu 5 sur 5 par la filière viande, qui plus que jamais cherche à convaincre les Français, ces consommateurs de plus en plus sur leurs gardes. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité