provence
alpes
côte d'azur
Choisir une région

PointCult'

Tous les samedis à 19h15, juste après le jt de France 3 Côte d'Azur
Logo de l'émission PointCult'

La rentrée au théâtre : un pour tous... tous pour un

Les Parents terribles, pièce de théâtre écrite par Jean Cocteau en 1938, coproduite par la compagnie lyonnaise Scènes et Cités, le Théâtre National de Nice et le Théâtre Liberté à Toulon. / © Frédéric Tisseaux, FTV
Les Parents terribles, pièce de théâtre écrite par Jean Cocteau en 1938, coproduite par la compagnie lyonnaise Scènes et Cités, le Théâtre National de Nice et le Théâtre Liberté à Toulon. / © Frédéric Tisseaux, FTV

Premier spectacle de l'automne en préparation au Théâtre National de Nice : Les Parents terribles de Jean Cocteau. Muriel Mayette-Holtz, directrice du TNN et Charles Berling, à la tête du Théâtre Liberté à Toulon, retrouvent ensemble le plaisir de la scène, unis pour cette rentrée 2020.

Par Jacqueline Pozzi

Voir l'émission


"On pourrait vous faire tous nos meilleurs moments !"

Muriel Mayette-Holtz est visiblement heureuse de nous faire partager ces minutes de répétition. Heureuse, surtout, de monter sur les planches et de retrouver le plaisir du jeu pour cette rentrée du TNN dont elle est désormais la directrice.

La comédienne est entrée dans la peau d'Yvonne, la mère terrible de Jean Cocteau. Une mère jalouse, hystérique, déséquilibrée, qui n'accepte pas que son fils Michel ait trouvé l'amour en la personne de la jeune Madeleine.

"Si je suis sincère, je la trouve sympatique, honnête, entière, amoureuse. Mais comme elle le dit, qui peut empêcher une mère d'être amoureuse de son fils ?" s'interroge l'actrice.
 

Toute l'équipe m'explique qu'elle est folle, moi je la trouve parfaitement normale.

Muriel Mayette-Holtz (Yvonne)



L'histoire des Parents terribles commence comme un vaudeville, et va monter en puissance jusqu'à tourner à la tragédie antique. Yvonne (Muriel Mayette-Holtz), Michel (Emile Berling), Madeleine (Lola Créton), mais aussi Georges, le père de Michel incarné par Charles Berling, qui fut l'amant de Madeleine, et Léonie (Maria de Medeiros), la soeur d'Yvonne, autrefois amoureuse éconduite par Georges : les protagonistes d'un chaos familial qui ne peut que tourner au drame.

 

 

C'est une histoire d'amour. C'est une pièce qui parle de l'universalité des rapports amoureux, de ce que l'amour peut avoir de prodigieux, et en même temps d'enfermant, de sclérosant.

Christophe Perton, metteur en scène



Aux commandes, Christophe Perton, directeur de la compagnie lyonnaise indépendante Scènes et Cités.

"Cocteau a réuni des codes de théâtre qu'on n'a pas l'habitude de mélanger, et il l'a fait avec une maestria absolument éblouissante. Il utilise tous les codes de la comédie et de la tragédie pour tenir les spectateurs en haleine, et les acteurs dans une sorte de parcours complètement fou, une course pour la vie, une course pour l'amour".


Une compagnie et deux théâtres pour cette coproduction

Il y a quelques mois, Christophe Perton a mis la main sur le manuscrit original des Parents terribles. La pièce, écrite en 1938, interdite dès 1939, sera dès la fin de la guerre un immense succès. Au théâtre, mais aussi au cinéma, avec le film éponyme réalisé en 1948 par Jean Cocteau avec Jean Marais en tête d'affiche.

La collaboration entre Lyon, Nice et Toulon a été le résultat d'"un alignement parfait des planètes", comme le dit Christophe Perton.

"J'ai fait lire la pièce à l'un et à l'autre, et les choses se sont faites de manière naturelle. Muriel, nommée à Nice, m'a proposé qu'on vienne créer le spectacle à Nice, ce qui a été un cadeau formidable. Charles, qui dirige le théâtre de Toulon, a souhaité soutenir le projet en le coproduisant. Du coup on est réunis et liés les uns aux autres dans ce projet."

Leurs avis sur leur collaboration ? Découvrez leurs réponses :
 
Les Parents terribles de Jean Cocteau à la rentrée au TNN
La directrice du Théâtre National de Nice, Muriel Mayette-Holtz, et Charles Berling, le directeur de la scène nationale Châteauvallon-Liberté à Toulon, réunis sur scène par le metteur en scène Christophe Perton, dans Les Parents terribles. Leur vision de leur collaboration... - France 3 Cote d'Azur
 
Ajoutez au casting Emile Berling, le fils de Charles qui lui donne la réplique pour la première fois sur une scène de théâtre, la jeune Lola Créton, époustouflante de passion dans le rôle de Madeleine, et Maria de Medeiros, qui incarne tout en nuances la tante Léonie, un personnage "qui traverse cette tragédie", comme l'analyse celle qui l'incarne, "qui essaie de mettre de l'ordre dans le chaos de la famille, et finira par tirer beaucoup de ficelles".

Une rentrée si particulière

Je répète cette pièce tous les jours, je suis extrêmement heureux de la jouer et je suis subjugué par le talent de Jean Cocteau.

Charles Berling (Georges)

L'épisode Covid, le télétravail ? Les changements de programmation, les présentations de saison, les incertitudes de l'automne ? Charles Berling prépare en même temps la rentrée de la scène nationale Châteauvallon-Liberté à Toulon, mais qu'importe la surcharge de travail. "La pratique de l'art dramatique reste mon poumon essentiel, ma respiration totale sans quoi je ne pourrais pas vivre."
 
Charles Berling et Lola Créton dans Les Parents terribles de Jean-Cocteau au TNN. / © Frédéric Tisseaux FTV
Charles Berling et Lola Créton dans Les Parents terribles de Jean-Cocteau au TNN. / © Frédéric Tisseaux FTV


Pour Muriel Mayette-Holtz, cette rentrée est la toute première entant que directrice du Théâtre National de Nice. "Cette pièce, c'est la possibilité pour moi de me présenter exactement comme je suis au public, parce que je suis avant tout comédienne".

Après six mois d'arrêt pour les théâtres, cette coproduction donne le ton de la rentrée : trois scènes différentes, unies pour assurer le spectacle. Un pour tous, tous pour un.
 

Le plus important, c'est de dire qu'on est vivants.

Muriel Mayette-Holtz

"On a essayé de s'adapter aux contraintes, qui sont traumatisantes actuellement", reconnait la directrice du TNN.

"Au fond, c'est toujours très motivant une contrainte, quand on est obligé de la dépasser. Alors on a tout changé : placement libre, tarif unique, pour que le geste de venir au théâtre soit plus spontané, et qu'on en mesure l'utilité."

Les Parents terribles, au Théâtre National de Nice du 29 septembre au 3 octobre dans le cadre du Préambule de l'automne (ouvert à tous, hors abonnement). Au Théâtre Liberté à Toulon du 7 au 10 octobre, puis en tournée dans toute la France.

Et avant cela, vivez les répétitions comme si vous y étiez dans l'Emission Point Cult', sur France 3 Côte d'Azur, ce samedi 19 septembre à 19 heures 15.


 

A lire aussi