• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Gap : les “sept de Briançon” condamnés à des peines allant jusqu'à 4 mois de prison ferme

Plus de 800 personnes avaient manifesté leur soutien aux 7 de Briançon à leur procès au tribunal de Gap. / © Vincent OLLIVIER/Maxppp
Plus de 800 personnes avaient manifesté leur soutien aux 7 de Briançon à leur procès au tribunal de Gap. / © Vincent OLLIVIER/Maxppp

Les "sept de Briançon" ont écopé de peines allant 6 de prison avec sursis à 4 mois ferme. Ils étaient jugés par le tribunal correctionnel de Gap pour avoir aidé des migrants à entrer en France. 

Par Annie Vergnenegre


12 mois de prison dont 8 avec sursis à 6 mois de prison avec sursis. Cinq semaines après leur procès, les sept de Briançon ont été fixés sur leur sort ce jeudi. Les militants, une Italienne, un Suisse, un Belgo-Suisse et quatre Français, âgés de 22 à 52 ans, sont poursuivis pour avoir aidé des migrants à entrer en France lors d'une manifestation au printemps dernier.


Prison ferme pour 2 prévenus

Deux des 4 Français, déjà condamnés par le passé et également poursuivis dans ce dossier pour rébellion, ont écopé de la peine la plus lourde. Les cinq autres, condamnés à du sursis ont tous indiqué qu'ils feraient appel dans les dix jours.
"J'étais convaincu de la relaxe. Je ne voyais pas où étaient les éléments matériels et intentionnels de l'infraction pénale. On est en plein dans un délit de solidarité: par solidarité avec d'autres, ils sont condamnés", a réagi Christophe Deltombe, le
président de la Cimade, association de défense des droits des migrants.

Ces peines sont conformes aux réquisitions du procureur faites au procès le 8 novembre. Raphaël Balland avaient requis 12 mois de prison dont 4 ferme pour deux des prévenus déjà condamnés par le passé et par ailleurs poursuivis pour rébellion. Pour les cinq autres prévenus des peines de six mois de prison avec sursis ont été requis, la circonstance aggravante de "bande organisée" n'ayant pas été retenue.

"Sans cette circonstance aggravante, qui entendait faire de nous des meneurs, comment le tribunal a-t-il pu tenir cette position d'un point de vue du droit ?", s'est interrogé Mathieu Burellier, 35 ans, condamné à quatre mois de prison ferme. Le tribunal avait deux choix possibles: le camp de la solidarité, ou la mort. Il a choisi la mort pour les exilés. C'est aussi un message clair à tous les gens qui leur sont solidaires dans la vallée de Briançon".

"Nous sommes tous un peu sidérés par cette décision. C'est une peine extrêmement sévère. La motivation du tribunal ne nous a pas convaincus", a commenté Me Maëva Binimelis, l'un des six avocats des militants.


Relaxe demandée

La justice leur reproche d'avoir facilité l'entrée d'une vingtaine de migrants lors d'une manifestation organisée le 22 avril, en mêlant les clandestins à la foule des marcheurs, et en forçant un barrage policier. "Sur les vidéos, je ne vois pas de passage en force, je ne vois pas de violences mais des manifestants qui contournent le barrage policier", a plaidé un des avocats des militants qui réclame la relaxe.






 

Sur le même sujet

Extrait Envoyé Spécial Marseille une ville effondrée

Les + Lus