Cet article date de plus de 3 ans

Un soldat originaire de Gap tué au Mali

Le sergent-chef Emilien Mougin est mort hier au Mali. Circulant à bord d’un véhicule militaire, il est décédé dans l’explosion d’une bombe artisanale. Un autre militaire français a été tué et un troisième blessé. Ils participaient à l’opération Barkhane au Mali.
La France est engagée depuis janvier 2013 au Mali, sous le nom d’opération « Serval » puis sous celui d’opération « Barkhane », pour chasser les groupes djihadistes du pays. Près de 4 000 soldats français sont toujours engagés.
La France est engagée depuis janvier 2013 au Mali, sous le nom d’opération « Serval » puis sous celui d’opération « Barkhane », pour chasser les groupes djihadistes du pays. Près de 4 000 soldats français sont toujours engagés. © Daphné BENOIT / AFP
Originaire de Gap, le sergent-chef Mougin faisait partie du 1er régiment de Spahis de Valence. Il a été tué hier dans la région de Gao au Mali. Agé de 31 ans, il était père de deux enfants.

Le Sergent-chef Mougin est décédé au Mali le 21 février 2018.
Le Sergent-chef Mougin est décédé au Mali le 21 février 2018. © Handout / SIRPA TERRE / AFP


Il avait notamment servi en Côte d’Ivoire et en Centrafrique. Parti au Mali en début d’année, il participait à l’opération anti-djihadiste Barkhane.

Le président français Emmanuel Macron a salué l’engagement des militaires français et

Le courage des militaires français engagés au Sahel.


Florence Parly, Ministre des Armées, a fait également part de son émotion hier devant l'Assemblée nationale.


Vive émotion à Gap


Le Sergent-chef Emilien Mougin est né a Gap en 1986. Son frère Alexandre est actuellement conseiller municipal de la Ville de Gap.

4 000 militaires français sont déployés dans cette zone. Ces deux décès portent à douze le nombre de militaires français tués depuis le lancement de l’opération Barkhane en 2014.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
armée société sécurité