La pêche aux oursins, repoussée d'un mois dans les Alpes-Maritimes et le Var, débutera le 1er décembre

Initialement prévu le 1er novembre, le lancement de la période de pêche aux oursins se fera le 1er décembre. Cette modification, prise par le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur pour protéger l'espèce, durera trois ans.

Oursin, vin blanc, soleil. Cette année, il faudra attendre avant de pouvoir profiter du traditionnel triptyque méditerranéen.

Face à la raréfaction de ce coquillage, le préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur a pris un arrêté repoussant d'un mois le début de la période de pêche aux oursins dans les Alpes-Maritimes et le Var. Celle-ci débute désormais le 1er décembre – et non plus le 1er novembre – et se finira le 15 avril 2022. 

Cette modification de la durée de pêche aux oursins, qu'elle soit professionnelle ou de loisir, est prise pour une période de trois ans, à l'issue de laquelle "une évaluation de ses effets sur la ressource [en oursins, ndlr]" sera réalisée, indique la préfecture du Var dans un communiqué publié vendredi 8 octobre. 

Par ailleurs, la préfecture détaille les quantités maximales autorisées pour la pêche de loisir. En pêche sous-marine ou à pied : quatre douzaines d'oursins par pêcheur et par jour.

Si cette pêche s'effectue à bord d'un navire de plaisance : quatre douzaine d'oursins par pêcheur et par jour avec un maximum de dix douzaines d’oursins par navire et par jour, au-delà de deux personnes embarquées. 

Si ces quotas ne sont pas respectés, une amende maximale de 22 500 € est prévue. À noter que la taille minimale de capture des oursins en mer est de 5cm de diamètre, hors piquants, selon l'arrêté du 28 janvier 2013.

Les oursins, espèce menacée 

Si, dans les eaux froides du nord de l'Europe, l'oursin peut vite devenir une espèce invasive, il est en déclin sur nos côtes méditerranéennes, note l'association Planète Mer. Les biologistes du parc Marin de la Côte Bleue ont observé en 2020 une baisse de densité de la population d'oursins depuis deux ans. 

En cause : la pêche et le braconnage, mais aussi le changement climatique et de la pollution. "Il semble qu'il y ait actuellement une qualité moindre du plancton, qui est la combinaison du réchauffement climatique, avec un certain nombre de contaminants que l'on trouve dans l'eau", nous expliquait Frédéric Bachet, directeur du Parc marin de la Côte Bleue. 

Cela veut dire que les larves d'oursins qui se nourrissent du plancton vont avoir des difficultés à faire la totalité de leur cycle de vie.

Frédéric Bachet, directeur du Parc marin de la Côte Bleue

Ces coquillages sont pourtant essentiels à la biodiversité marine, continue l'association Planète Mer. Ils permettent de réguler la présence d'algues, dont ils se nourrissent, et servent de nourriture à certains poissons. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
chasse sorties et loisirs mer nature pêche économie