Le courrier signé “Xavier Dupont de Ligonnès” est sans doute un faux selon la police

Photographie du mot signé "Xavier Dupont de Ligonnès" et adressé par un corbeau à une journaliste de Nantes (Loire-Atlantique), la semaine du 13 juillet 2015. / © EDOUARD DA COSTA / FRANCE 3
Photographie du mot signé "Xavier Dupont de Ligonnès" et adressé par un corbeau à une journaliste de Nantes (Loire-Atlantique), la semaine du 13 juillet 2015. / © EDOUARD DA COSTA / FRANCE 3

Le courrier signé "Xavier Dupont de Ligonnès", principal suspect du meurtre de sa femme et de ses quatre enfants en avril 2011 à Nantes, et parvenu à l'AFP est vraisemblablement un faux, a-t-on appris mercredi de source policière.

Par Anne Le Hars

Il y a "très peu de probabilités" qu'il ait été écrit et signé par M. Dupont de Ligonnès, a précisé cette source sur la foi des premières expertises qui ne sont pas "totalement terminées" ni définitives.
Ce courrier était expertisé par la police pour en identifier l'auteur. Daté du 11 juillet, il était arrivé quelques jours plus tard au bureau de l'AFP à Nantes
puis remis à la police. Il s'agit d'une photo de deux des fils de Xavier Dupont de Ligonnès, disparu depuis plus de quatre ans, photo "qui n'était pas une nouveauté", a aussi dit la source policière.

Au verso, il est écrit en majuscules "Je suis encore vivant" puis en minuscules: "De là jusquà cette heure" (sic). Le message écrit à la main est signé "XAVIER Dupont de Ligonnès".


Xavier Dupont de Ligonnès a été vu pour la dernière fois le 15 avril 2011, quittant à pied un hôtel Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens (Var) avec sur le dos un étui pouvant contenir une carabine. En mai dernier, l'analyse d'ossements retrouvés près de Fréjus a permis de déterminer qu'ils n'étaient pas les siens.
Depuis sa disparition, l'homme suscite une certaine fascination et de nombreux signalements dans le monde entier, ainsi qu'une série de canulars. - Avec AFP -

Sur le même sujet

Les + Lus