Méditerranée: une pétition pour stopper le harcèlement des dauphins

Photo d'illustration / © Sierra Goodman / mediadrumworld
Photo d'illustration / © Sierra Goodman / mediadrumworld

Nager avec les dauphins sauvages représente une pratique commerciale à fort succès en Méditerranée. Les touristes sont nombreux à vouloir vivre cette expérience pendant leurs vacances, au détriment des mammiphères. Une pétition a été lancée par des associations pour stopper cette pratique. 

Par Marie Bail

Vous rêvez de vous sentir comme un poisson dans l'eau? Partager une expérience incroyable en nageant avec les dauphins? Vous êtes loin d'être le seul. La nage commerciale avec les cétacés est une activité prisée de la Méditerranée française. 

Les entreprises proposent des offres onéreuses. L'une d'elles propose une virée à 450 euros près de Cannes: "En général, 2 heures de navigation sont nécessaires pour rejoindre les courants marins qui fournissent la nourriture de tout les cétacés, donc où l'on trouvera les plus grandes concentrations de dauphins".

Une fois sur zone, il nous faudra prendre le temps de trouver les groupes de dauphins les plus joueurs pour effectuer les plus belles approches.

Perturbation de la vie des cétacés

Or cette pratique, si elle est très agréable pour les touristes, contribue à perturber les cétacés selon les associations. France Nature Environnement, le Groupe de Recherche sur les Cétacés (GREC), la Fondation pour la Nature et l’Homme, Souffleurs d’Ecume et SOS Grand Bleu veulent sensibiliser les touristes sur les dangers de cette pratique et lancent une pétition pour la faire interdire.

« L’immersion d’un homme à proximité d’un cétacé provoque ainsi généralement l’interruption de l’activité d’alimentation et de reproduction de l’animal ou encore l’éclatement du groupe et la séparation des nouveau-nés et de leurs mères. Dès lors que ces pratiques sont systématisées par une activité commerciale, les impacts répétés dans le temps peuvent être très dommageables pour les animaux. », précise le texte de la pétition. Le GREC précise entre autre qu'un "opérateur d’écotourisme ou de whale-watching ‘traditionnel’" vaut toujours mieux que cette consommation de masse. 

Un arrêté datant de 2011 interdit la perturbation intentionnelle incluant la poursuite ou le harcèlement des animaux dans le milieu naturel. Pourtant il n'est que peu suivi selon ces associations. 

 


Au moment de l'écriture de cet article, la pétition avait récolté plus de 3 600 signatures. A retrouver ici

 

Sur le même sujet

Du vrac vers les zéro déchets

Près de chez vous

Les + Lus