Nice Jazz Festival, Festival Yeah, Midi Festival... Ces événements unis pour les éditions 2021 #festivals2021jycrois

Vendredi 27 novembre, plus d'une centaine de festivals français ont partagé une tribune sur les réseaux sociaux pour montrer leur détermination de faire vivre leurs festivals en 2021. Parmi eux, de nombreux festivals de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. 
Le festival Yeah ! se déroule au début du mois de juin devant le château de Lourmarin (Vaucluse).
Le festival Yeah ! se déroule au début du mois de juin devant le château de Lourmarin (Vaucluse). © Cauboyz
Chaque été, des centaines de festivals animent les week-ends de nombreux Français. A cause de la crise sanitaire, la plupart d'entre eux ont annulé leur édition 2020. Un été sans musique en plein air...

Les organisateurs ne veulent plus revivre une telle période. Ils sont plus d'une centaine à travers la France à avoir signé une tribune publiée sur les réseaux sociaux vendredi 27 novembre pour faire passer un message d'espoir : Festivals 2021, on y croit ! #festivals2021jycrois
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Village 42 (@village_42)

La région PACA regorge de ces événements musicaux chaleureux. Crossover, Les Plages électroniques, Marseille Jazz des 5 continents, Marsatac, Midi Festival, Delta Festival...
Près d'une quinzaine de festivals de la région ont signé cette tribune. Leur but : faire passer un message d'espoir et se faire entendre par le gouvernement.
Les 119 signataires, des "optimistes de nature" commes ils se définissent dans la tribune, assurent qu'ils "s'engagent pleinement dans la préparation" de leurs éditions 2021. Ils se disent "tous mobilisés pour préserver l'esprit de fête et de partage qui caractérise nos rendez-vous".

Météorologiques, financières ou sécuritaires, nos festivals ont traversé de nombreuses crises ces dernières années. Ils se sont toujours relevés. La crise actuelle ne fera pas exception.

La tribune Festivals 2021, on y croit !

Les festivals délaissés par le gouvernement

"C'est important de s'unir pour parler d'une seule voix, déclare Nicolas Galina, organisateur du Festival Yeah !, parce qu'on nous a laissé dans notre coin pendant des mois."
Ce festival anime les rues du village de Lourmarin dans le Vaucluse au début du mois de juin. Nicolas Galina regrette le silence du gouvernement et particulièrement de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot à propos des festivals.

Ils ne se rendent pas compte qu'il faut pratiquement un an pour organiser un festival, on a besoin de réponses maintenant ! Faites-nous signe !

Nicolas Galina,  organisateur du Festival Yeah !

Des festivals qui auront lieu "d'une façon ou d'une autre"

Pour Frédéric Landini, fondateur du Midi Festival, cette tribune est l'occasion de "montrer qu'on est là, qu'on se tient prêt". Selon lui, une édition 2021 "semble jouable". "Pour le moment on est encore dans les temps, détaille-t-il. On est en train de travailler sur les visuels, le site, les équipes et bien sûr la programmation." Avec une jauge habituelle à 1500 personnes et un site en bord de mer à Hyères, Frédéric Landini imagine que, malgré le virus, cette édition 2021 peut bien se dérouler.
"On a déjà quelques idées pour des alternatives mais ça reste encore trouble", explique-t-il.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par MIDI FESTIVAL (@midi_festival)

Même son de cloche du côté de Nice Jazz Festival, également signataire de la tribune : "Même si l’incertitude règne sur l’année 2021, le Nice Jazz Festival, prévu du 12 au 17 juillet 2021 (hors 14 juillet), aura lieu d’une façon ou d’une autre".
Organisé par la ville de Nice, le festival de jazz pourrait prendre différentes formes pour "s'adapter à la situation". Une chose est sure, la ville souhaite que le live reprenne.
 

Bien qu’Internet permette de pallier en partie à l’impossibilité d’organiser des concerts en public, rien ne peut remplacer le live et les émotions qu’il procure.

Les organisateurs de Nice Jazz Festival

Une tribune pour remotiver les troupes

Voir tous ces festivals s'unir au nom de l'espoir a ravivé la motivation de certaines équipes. Olivier Ledot, président du Delta Festival, a été très enthousiasmé par cet élan des plus gros festivals à se relever : "le seul moyen de se remotiver, c'est de se donner un cap, de se projeter".

Son festival accueille 30 000 personnes par jour sur les plages du Prado à Marseille au début du mois de juillet. "On n'a jamais été aussi avancés sur le planning, explique-t-il. On a même embauché trois nouvelles personnes depuis le mois de septembre." Une tribune qui agit comme un coup de boost nécessaire.

"Quand on regarde les risques et les opportunités, il n'y a aucune raison de ne pas se lancer", atteste Olivier Ledot. 

Pour les organisateurs de festival, il faut garder espoir. "C'est important vu ce qu'on vit depuis des mois", affirme Frédéric Landini de Midi Festival.

Il faut de l'espoir pour les futurs festivaliers, qui voudraient voir leurs événements favoris de l'été se dérouler le plus normalement possible, et de l'espoir du côté des organisateurs qui voudraient voir le public au rendez-vous, malgré la crise économique.
 

Annulés, reportés ou transformés, retrouvez l'actualité de nos événements partenaires sur la carte inateractive

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture festival événements sorties et loisirs covid-19 santé société réseaux sociaux partenariats