Paca : Marion Maréchal-Le Pen dénonce une présidence Estrosi “dans l'enfumage”

Marion Maréchal-Le Pen lors de l'élection du président du Conseil régional de PACA en décembre 2015. / © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Marion Maréchal-Le Pen lors de l'élection du président du Conseil régional de PACA en décembre 2015. / © ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

La chef de file du FN au conseil régional Paca Marion Maréchal-Le Pen a dressé ce mardi un bilan sévère des six premiers mois de la présidence régionale de Christian Estrosi, l'accusant d'être "beaucoup dans la communication, dans l'enfumage".

Par Anne Le Hars

La conseillère régionale FN, députée du Vaucluse, a fustigé au cours d'une conférence de presse "des cas emblématiques de promesses électorales" non tenues.
"De nombreuses promesses ont été enterrées notamment la promesse des 50% de gare TER équipées d'ici juin (2016, Ndlr) en portiques de sécurité (...). Aujourd'hui cette promesse, dont nous avions annoncé qu'elle était excessivement coûteuse et techniquement irréalisable, s'est transformée en une vague opération d'expérimentation", a critiqué Marion Maréchal-Le Pen.

Reportage de Jean-Louis Boudart et de Gaëlle Carat :

Paca: Marion Maréchal-Le Pen dénonce une présidence Estrosi "dans l'enfumage"
Le 18 décembre 2015, Christian Estrosi (LR) devenait le nouveau président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Après ces six premiers mois de mandat, la présidente du groupe FN au Conseil Régional, Marion Maréchal Le Pen, a tenu mardi 21 juin une conférence de presse à l'Hôtel de Région pour faire le bilan des 6 premiers mois de la présidence Estrosi

Le président LR de Paca Christian Estrosi a inauguré le 10 mai les premiers portiques de sécurité installés dans une gare de la région, aux Arcs dans le Var, un dispositif expérimental destiné à développer le "portique de demain" adapté aux transports ferroviaires, avait-il alors assuré. 

La député de Vaucluse a aussi dénoncé la promesse électorale d'un "guichet unique" destiné à faciliter les démarches administratives des TPE/PME qui s'est limité selon elle à la seule création d'un "numéro vert". 

Enfin Mme Maréchal-Le Pen a vivement dénoncé "le plus grand scandale symbolique" que constitue l'instauration de "la conférence territoriale", affirmant qu'avec cette assemblée consultative Christian Estrosi "tentait de contourner le suffrage universel".


Promise par M. Estrosi entre les deux tours des régionales en décembre, après le retrait du PS et des partis de gauche, cette assemblée est
destinée notamment à permettre l'expression des partis non représentés au conseil régional. Renaud Muselier, président délégué LR de la région Paca, a réagi ce mardi dans la soirée, fustigeant à son tour l'imprécision de Marion Maréchal-Le Pen due, selon lui, à son absence de la collectivité et son "total manque d'interêt pour la région".
M. Muselier assure que "ce sont près de 70 paroles données pendant la campagne qui ont été transformées en paroles tenues depuis l'élection", affirmant par exemple que "plus de 5 millions d'euros (ont été débloqués) en investissement et fonctionnement pour la sécurité" dans les TER.
- avec AFP -

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus