500 tortues vont retrouver leur liberté à Madagascar grâce à une équipe du Var

Observation d'une tortue rayonnée dans la nature à Madagascar par l'équipe de chercheurs du Var. / © Franck Bonin
Observation d'une tortue rayonnée dans la nature à Madagascar par l'équipe de chercheurs du Var. / © Franck Bonin

Bientôt libres ! 500 tortues rayonnées, une espèce en danger, ont été sélectionnées pour un premier relâché expérimental. Avec l’aide de l’équipe Malgache du village des tortues, les animaux les plus vigoureux sont équipés de puces pour assurer leur traçabilité et les suivre dans la nature. 

Par Aline Métais

Elles vont bientôt pouvoir gambader dans la nature, à leur rythme ! Une victoire pour ces 500 tortues rayonnées qui s'apprêtent à retrouver leur liberté à Madagascar. Elles faisaient partie de deux saisies records en 2018 : 10.000 puis 8.000 tortues. Plus de 2.000 d’entre elles ont été confiées au centre d’accueil de Manguily créé par la SOPTOM et à l’Association de Sauvegarde de l’environnement (ONG Malgache) en 2005.
Implantation de transpondeurs, des puces, sous la carapace des reptiles. / © Franck Bonin
Implantation de transpondeurs, des puces, sous la carapace des reptiles. / © Franck Bonin
Grâce à l'implication des populations locales, il est possible d’envisager le retour d’une partie de ces animaux dans leur milieu naturel dans de bonnes conditions. Une nouvelle mission vient de sélectionner 500 tortues pour un premier relâché expérimental. L’équipe malgache du village des tortues a sélectionné les individus les plus vigoureux. Une aventure naturaliste partagée sur la page Facebook du Village des tortues de Carnoules (Var) : 
Les tortues sont équipées de transpondeurs (puçage) pour assurer leur traçabilité dans la nature.
Marquage, pesée et mesure des 500 tortues par l'équipe franco-malgache. / © Franck Bonin
Marquage, pesée et mesure des 500 tortues par l'équipe franco-malgache. / © Franck Bonin
Une étape fondamentale pour augmenter les chances de succès de l’opération. Chacune des tortues a également été répertoriée (mâle ou femelle), pesée, mesurée, marquée (photo) à l’aide d’encoche et photographiée. Grâce à leur graphisme très particulier, leurs dessins géométriques ocres sur la carapace, il est possible de les reconnaître. 
Identification d'une tortue à l'aide du lecteur de puces. / © Franck Bonin
Identification d'une tortue à l'aide du lecteur de puces. / © Franck Bonin
L'équipe du Var, composée de membres de la SOPTOM et du Village des Tortues de Carnoules, a travaillé avec l’équipe du Madagascar National Parcs. Au programme : balisage de la zone de relâché, évaluation de la qualité du milieu et échange avec les autorités pour une bonne compréhension du projet.
L'équipe de la SOPTOM et du village des tortues de Manguily devant Le "Labo-clinique de la tortue" de Madagascar. / © Franck Bonin
L'équipe de la SOPTOM et du village des tortues de Manguily devant Le "Labo-clinique de la tortue" de Madagascar. / © Franck Bonin
La tortue rayonnée, une des espèces emblématiques de Madagascar, est très menacée. Encore bien représentée sur la partie sud-est de l’île jusqu’à la fin de années 80, les populations se sont effondrées à cause de la destruction des habitats et du braconnage. Mais actuellement, les autorités malgaches sont soucieuses de préserver leur patrimoine naturel, source de retombées touristiques. Elles redoublent donc de vigilance pour limiter ce trafic et préserver ces précieux emblèmes de l'île.



 

Le "programme Sokake" au village des Tortues de Mangily-Ifaty à Madagascar

Les objectifs du "programme SOKAKE" sont :
 

  • recueillir les tortues saisies, les soigner, les maintenir dans de bonnes conditions dans les enclos du Village ;
  • aider au développement économique de la région (emplois, artisanat, éco-tourisme) ;
  • sensibiliser les villageois à la protection des tortues (patrouilles d'information, conférences, dépliants, affiches, visites guidées) ;
  • mener et financer des études de terrain ;
  • former des naturalistes et herpétologues, aussi bien que des artisans et responsables animaliers ;
  • réduire les trafics (transformation des braconniers en guides-naturalistes, information)
  • procéder à des programmes de lâchers de tortues dans des réserves et lieux surveillés, avec l'aide des structures adéquates et des villageois.

Pour la protection de ces espèces, la SOPTOM a réalisé un Village des Tortues à Mangily-Ifaty, au nord de Toliara, qui s'est ouvert en avril 2005. Le Village travaille avec de nombreux partenaires institutionnalisés ou privés : les Eaux et Forêts, l'ANGAP, le WWF, le WCS, Sage, Bel-Avenir, Sokapila, Zoo d'Amnéville.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus