Adolescents : musique trop forte, attention dangers !

Quand l'oreille interne est endommagée par une musique trop forte, les lésions sont irréversibles. / © Maxppp.
Quand l'oreille interne est endommagée par une musique trop forte, les lésions sont irréversibles. / © Maxppp.

85 décibels, c'est le volume sonore à ne pas dépasser pour ne pas risquer une perte de l'audition définitive. Une réalité ignorée de beaucoup de jeunes qui écoutent la musique trop forte. A Lorgues, les élèves du Lycée Thomas Edison ont pu suivre une journée de sensibilisation aux risques du son.

Par Annie Vergnenegre

Du coucher au lever, ils ont les écouteurs enfoncés dans les oreilles. Les accros du MP3 se repèrent aisément dans la rue, le bus ou le métro. Le problème, c'est que la plupart de ces adolescents qui écoutent de la musique à longueur de journée ou presque, et 7 jours sur 7, le font à un volume sonore trop élevé. Il est souvent plus de la moitié du volume maximum selon les spécialistes.

Les risques sont aussi liés au fort volume qu'ils se mettent dans les oreilles aux concerts, dans les bars ou en boîte de nuit. Et il faut souligner qu'un seul excès suffit pour provoquer des lésions définitives sur l'oreille interne. Un jeune sur 10 présente une perte auditive pathologique selon les données l'ANSES. Il faut aussi noter que d'après une enquête nationale réalisée en 2012 par l'IPSOS auprès de 900 jeunes de 13 à 25 ans, 90 % des jeunes écoutent de la musique quasi-quotidiennement, dont les 2/3 plus d'une heure par jour.  

Malheureusement, il semble bien difficile de faire prendre conscience aux jeunes concernés de la réalité de ces risques pour leur santé. Régulièrement des actions préventives ont organisées dans les établissements scolaires comme à Lorgues, dans le Var, où les élèves de Première du Lycée Thomas Edison ont pu suivre une journée de sensibilisation aux risques du son à l'initiative de l'association Aléas.

Reportage au Lycée Thomas Edison de Virginie DANGER et Jo LOVETT :
Sensibilisation aux risques du son
A Lorgues, les élèves de Première du Lycée Thomas Edison ont pu suivre une journée de sensibilisation aux risques du son. Beaucoup ignoraient les conséquences d'un écoute de la musique trop forte. - Viriginie Danger, Joe Lovett
Intervenants : élèves, Mylène Baudry, directrice de l’association « Aléas »

L'OMS tire aussi la sonnette d'alarme. Quelque 1,1 milliard d’adolescents et de jeunes adultes sont exposés au risque de déficience auditive liée à l’utilisation dangereuse des écouteurs et casques et autre exposition à des niveaux sonores nocifs dans les bars, les boîtes, et même les événements sportifs. Elle rappelle par ailleurs que la déficience auditive a des conséquences potentiellement dévastatrices sur la santé physique et mentale, l’éducation et l’emploi.

Quels sont les risques ?

Apparition brutale d'une surdité totale ou partielle, qui peut être irréversible.
Survenue d'acouphènes : il s'agit de bourdonnements ou sifflements perçus sans interruption.
Intolérance au moindre bruit, on appelle cela l'hyperacousie.

Quels son les bons gestes ? 

Régler le volume à la moitié du maximum (à 100dB, l'exposition ne doit pas dépasser 15 minutes).
Limiter la durée d’écoute à moins d'une heure par jour, et s'imposer de courtes pauses.
S'éloigner des enceintes dans les salles de concert.
Porter des bouchons d'oreilles en cas d'inconfort ou de douleurs.
Tenir compte des signes d’alerte d’une déficience auditive et faire contrôler régulièrement son audition.
En savoir plus: Association Aléas

Sur le même sujet

Les + Lus