Un soldat français de Hyères âgé de 24 ans tué au Mali lors d'une attaque

Publié le Mis à jour le
Écrit par Aline Métais

Le brigadier Alexandre Martin du 54ème régiment d’artillerie de Hyères a été tué à Gao au Mali lors d’une attaque du camp militaire ce samedi 22 janvier, dans le cadre de l'opération Barkhane.

Une nouvelle perte pour la France a été annoncée ce dimanche matin par un communiqué de l'Elysée.

Alexandre Martin avait 24 ans, il est né à Rouen en mars 1997. Il était engagé dans l'opération Barkhane depuis octobre 2021. Le brigadier n'était pas marié mais vivait en concubinage. Il n'avait pas d'enfant. 

"C’est avec une très vive émotion que le Président de la République a appris la mort au Mali du brigadier Alexandre Martin du 54ème régiment d’artillerie de Hyères, tué à Gao lors d’une attaque au mortier du camp militaire de Barkhane, dans l’après-midi du samedi 22 janvier."

Le brigadier a été grièvement blessé lors d'une attaque de la plateforme opérationnelle de Gao visée par plusieurs tirs indirects samedi vers 17h00. Malgré une prise en charge médicale rapide, le soldat a succombé à ses blessures. 

Alexandre Martin avait reçu la médaille d'argent de la défense nationale en 2021 pour son investissement dans l'opération Sentinelle. 

Le président de la République salue avec respect la mémoire de ce soldat, mort pour la France dans l’accomplissement de sa mission. Il s’associe à la douleur de sa famille, de ses proches et de ses frères d’armes. 

Le chef d'état-major des armées a également annoncé le décès du brigadier sur son compte Twitter. 

Au cours de cette attaque, 9 personnes ont aussi été légèrement blessées mais leurs jours ne sont pas en danger, précise le chef d'état-major. Leur évacuation n'a pas été nécessaire. 

Les tirs provenaient de 5 à 6 kilomètres au nord-est de la base. Une patrouille d'hélicoptères d'attaque (dont deux hélicoptères Tigre) a immédiatement décollé et neutralisé la position.

Cette attaque n'a pas encore été revendiquée.

Le Président de la République salue le courage des militaires engagés au Sahel et leur exprime sa totale confiance. Il confirme la détermination de la France à poursuivre la lutte contre le terrorisme dans la région, aux côtés de ses partenaires.

53 morts au combat depuis 2013

En juin dernier, Emmanuel Macron avait annoncé la fin de l'opération Barkhane au Sahel en tant qu'opération extérieure (OPEX en jargon militaire) et la mise en place d'une alliance internationale anti-djihadiste dans la région associant les états de la région.

Cette transformation doit passer par la fermeture de bases de l'armée française. Les effectifs de militaires français doivent passer de 4.000 soldats 2.500 à 3.000 dans la région. 

Depuis 2013, le nombre de militaires français tués au combat dans le Sahel s'élève à 53 morts.