RENCONTRE. Ile des Embiez : il voulait faire carrière dans l'audiovisuel, il est devenu vigneron

Niché au cœur de l'île varoise, le Domaine de vin "Ile des Embiez" vient d'être certifié en agriculture biologique. Un scénario idéal pour son responsable Etienne Pats qui se destinait plus à embrasser une carrière dans l'audiovisuel qu'une carrière de vigneron.
Etienne PATS Maître de Chai et responsable viticole et vinicole du domaine.
Etienne PATS Maître de Chai et responsable viticole et vinicole du domaine. © Sarah Sergent/îles Paul Ricard

Il aurait pu monter les marches du Palais des festivals de Cannes, défiler sur le tapis rouge car le destin d'Etienne Pats aurait dû l'amener vers une carrière d'assistant-réalisateur dans l'audiovisuel. Un chemin tout tracé... jusqu'au clap de fin !

Il a alors 38 ans et quitte la capitale pour Marseille. Il passe un BTS en viticulture et œnologie et devient maître de chai en Provence. Responsable d'exploitation vinicole du domaine depuis 4 ans, il vient d'obtenir le label bio et c'est un peu sa palme d'or. 

Oui un petit peu... mais c'est mieux que la palme du festival de Cannes, non ?

Etienne Pats en sourit et relativise.

"Une palme d'or, c'est extraordinaire mais le label bio n'a rien d'exceptionnel. Certes il vient couronner des années d'efforts mais ce devrait être la norme, surtout en Provence".

L'évidence du bio

Etienne Pats se souvient encore de son arrivée sur l'île, un véritable paradis à la végétation luxuriante. Immédiatement séduit, il décide de poursuivre une conversion en bio entamée par ses prédécesseurs

"une partie de l'île est classée en Natura 2000, l'institut océanographique travaille sur la biologie marine... Les Embiez, c'est un écrin de verdure protégé, alors le bio était pour moi une évidence".

Au pied des vignes, le désherbage est mécanique et subtil pour laisser un couvert végétal naturel afin de lutter contre l'érosion et développer une activité microbiologique des sols. L'hiver, la vigne est "chaussée" : un monticule de terre recouvre une partie des pieds jusqu'au printemps où les chevaux entrent en action pour  supprimer les mauvaise herbes... le fumier est même utilisé pour fertiliser les sols.

La façon de travailler est donc totalement artisanale même si, au début, Etienne Pats a ressenti quelques doutes :

On ne sait jamais comment la vigne va réagir... surtout des sols exploités pendant des années d'une manière traditionnelle avec des traitements pour éviter les maladies. Au final c'est une grande satisfaction de voir comment les sols et le bois des vignes ont changé... c'est aussi une belle leçon : la vigne n'est pas très rancunière et quand on la laisse un peu tranquille, elle vous le rend bien" !

Un domaine, une histoire

Le Domaine "Ile des Embiez" compte 10 hectares répartis en une dizaine de parcelles. Les premières vignes furent plantées en 1580 et 1600 par la famille Lombard alors propriétaire de l'île.

En 1922, malgré un vin réputé et de consommation locale, le domaine fut abandonné durant la Seconde guerre mondiale.

Les 10 hectares du Domaine "Ile des Embiez".
Les 10 hectares du Domaine "Ile des Embiez". © îles Paul Ricard

Ce n'est qu'en 1958 que le Domaine va relancer et redorer sa production viticole sous l'impulsion et la volonté d'un certain Paul Ricard, nouvel acquéreur de l'île. L'homme qui a fait de son nom une marque mondiale est encore aujourd'hui omniprésent.

"Tout a été pensé, construit par Paul Ricard. Quotidiennement son empreinte est présente et sa mémoire transmise par les anciens et par la famille. D'ailleurs je suis moi-même salarié de la société Pernod-Ricard comme tous ceux qui sont en charge de l'entretien et la gestion du domaine".

Un vin au caractère insulaire

Le Domaine produit en moyenne 25 000 bouteilles par an. Constitués de cépages multiples, le vin des Embiez reflète un caractère insulaire marqué par l'ensoleillement, des sols sablonneux et schisteux et bien sûr, un air marin qui met la dernière touche à la spécificité du terroir.

La production du domaine. Les vins rouge sont classés en IPG Pays du Var. Les rosés et les blancs en AOP Côte de Provence.
La production du domaine. Les vins rouge sont classés en IPG Pays du Var. Les rosés et les blancs en AOP Côte de Provence. © îles Paul Ricard

"C'est un vin bien équilibré, certains y trouvent un goût un peu salin, iodé...  est-ce une vérité objective ? Est-ce lié à une certaine acidité ? Je n'ai pas la réponse mais c'est toute la beauté et le mystère de ce produit" !

Cette année le millésime 2020 en rosé et blanc peut se prévaloir du label AB. Pour les vins rouge, il faudra encore attendre... normalement en 2022.

Cette nouvelle certification confirme une tendance déjà très marquée : la région PACA est la 2ème de l'hexagone où la production de vin bio est la plus importante.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
paca économie vins culture gastronomie agriculture bio environnement viticulture agriculture