À découvrir dans le Var : la porte d’Italie à Toulon

La porte d'Italie fait partie des derniers vestiges, avec les remparts des quartiers des Lices, de la ceinture fortifiée de la ville de Toulon. Nous vous proposons de la redécouvrir.

La porte d’Italie fait partie des derniers vestiges de la ville de Toulon.
La porte d’Italie fait partie des derniers vestiges de la ville de Toulon. © J. Fuster-FTV

A Toulon, la porte d’Italie se situe dans l’ancienne muraille construite en 1791 au début du règne d’Henri IV.

Avant de s’appeler porte d’Italie, cet édifice militaire s’appelait la porte St-Lazare pour souligner la proximité entre Toulon et l’Italie du Nord. Sa construction (d’après les plans de Vauban) est presque achevée en 1791. Son nom change plusieurs fois : porte Mirabeau puis porte Pelletier. Son nom définitif est déterminé en 1800, et il se réfère au départ de la campagne d'Italie, menée par Napoléon Bonaparte.

C’est non loin de la porte d’Italie que Napoléon Bonaparte rassemble une armée pour le compte du Directoire, ce régime politique français mis en place durant la Première République. Il s’en va vaincre les Piémontais et les Autrichiens en Italie du Nord.

 Il franchit cette porte pour prendre le commandement de l’armée d’Italie »

Ceccyl Tarlier, Guide conférencier Sud Provence.

Voilà ce que l’on peut lire sur la plaque bicentenaire de Napoléon en 1969 :

"Le 24 mars 1796, c’est sous cette voûte que chevaucha le général Bonaparte pour prendre le commandement de la glorieuse armée d’Italie."

La plaque Bi-centenaire de Napoléon en 1969.
La plaque Bi-centenaire de Napoléon en 1969. © J. Fuster-FTV

Toulon a longtemps été la dernière grande ville de France frontalière du Piémont-Sardaigne. D’où ce grand mur d’enceinte qui protégeait la ville des incursions de l’armée Piémontaise et des armées de l’empereur d’Autriche.

Ce grand mur d’enceinte protégeait la ville des incursions des armées ennemies.
Ce grand mur d’enceinte protégeait la ville des incursions des armées ennemies. © J. Fuster-FTV

Cette porte d’Italie a aussi permis de contrôler l’entrée des marchandises pour protéger les producteurs varois de la concurrence de l’Italie du nord. Elle avait donc une fonction fiscale puisqu’elle permettait de taxer les produits étrangers.

C'est d’ailleurs pour cela que l’administration se trouve encore à quelque mètres de la porte d’Italie, une porte inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du 21 octobre 19861.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire culture patrimoine