• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Prothèses PIP : Jean-Claude Mas est mort jeudi matin

Jean-Claude Mas, devant la cour d'appel d'Aix-en-provence, le 2 mai 2016 / © Dominique Leriche
Jean-Claude Mas, devant la cour d'appel d'Aix-en-provence, le 2 mai 2016 / © Dominique Leriche

Nous avons appris, ce jeudi 4 avril, le décès de Jean-Claude Mas, à l'âge de 79 ans. Il était le fondateur de la société des prothèses PIP. Jean-Claude Mas avait été définitivement condamné à 4 ans de prison et 75 000 euros d'amende, dans le cadre de l'affaire d'implants mammaires défectueux.

Par Ludovic Moreau

Jean-Claude Mas est décédé à l'âge de 79 ans, jeudi dans une clinique où il avait été admis pour une opération.

L'information a été communiquée par son avocat, maître Yves Haddad. Jean-Claude Mas était le fondateur de la société Poly Implant Prothèse (PIP), installé à la Seyne-sur-Mer, dans le Var.

L'homme d'affaires était aussi connu pour être au cœur d'un scandale de santé publique, dans le cadre d'une affaire d'implants mammaires défectueux.
En 2005, de nombreuses femmes britanniques avaient porté plainte contre PIP pour des ruptures de prothèses et des problèmes de santé.

L'année suivante, des plaintes avaient été aussi déposées en France, mais il faut attendre 2010 pour que l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Afssaps) tire la sonnette d'alarme.

Jean-Claude Mas avait effectué huit mois de détention provisoire en 2012, mais n'a jamais été incarcéré après sa condamnation en appel en 2016. 

"Jean-Claude Mas est décédé. Il n'aura pas fait un seul jour de prison suite à sa condamnation pour tromperie aggravée", a réagi sur Twitter Laurent Gaudon, avocat de quelque 7.000 plaignantes dans ce dossier.
Le 10 décembre 2013, après un procès très médiatique, Jean-Claude Mas est condamné à 4 ans de prison et 75 000 euros d'amende, pour escroquerie et tromperie aggravée. Le 2 mai 2016, la peine est confirmée en appel et il est incarcéré.

Son pourvoi en cassation a été déclaré irrecevable par la Cour, son mémoire n'ayant pas été déposé au greffe dans le délai d'un mois après la date du pourvoi.

Outre cette condamnation, Jean-Claude Mas était toujours mis en examen dans deux autres procédures, l'une pour homicide et blessures involontaires, l'autre concernant les aspects financiers de l'affaire.

A revoir, notre Enquête de région consacrée à ce procès hors normes.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les premiers éléments sur l'agression d'une tata dans une école de Marseille

Les + Lus