• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Tara fait escale à Toulon jusqu'au 30 août pour sensibiliser aux dangers des déchets plastiques

La célèbre goélette Tara fait escale dans le port de Toulon du dimanche 25 au jeudi 29 août. / © Frank Muller - MAX PPP
La célèbre goélette Tara fait escale dans le port de Toulon du dimanche 25 au jeudi 29 août. / © Frank Muller - MAX PPP

La goélette scientifique Tara fait escale dans le port de Toulon du dimanche 25 août au jeudi 29 août. Au programme : visites gratuites du bateau, projections et exposition sur les déchets plastiques en mer. Avec des explications sur les solutions pratiques à terre. 

Par Aline Métais

C'est un bateau pionnier, parti à la découverte des glaciers, des océans et de la Méditerranée. Tara fait escale à partir de ce dimanche 25 et jusqu'au jeudi 29 août dans le port de Toulon (Var). L'occasion de découvrir la vie à bord de ce bateau à vocation scientifique et écologique.

Au programme : projection et exposition de la Fondation Tara Océan . Des visites gratuites du pont supérieur de la goélette scientifique sont aussi organisées. Attention, la visite de Tara se déroule sur inscription uniquement en ligne via ce lien , tous les après-midi de 14h à 18h.
Depuis 2010, l'équipage prélève des microplastiques de 0,2 à 5 mm de diamètre dans ses filets. A chaque expédition, le constat est clair : ces fragments sont omniprésents dans le milieu marin. En 2014, l’expédition Tara Méditerranée (7 mois) visait à comprendre cet impact des micro-plastiques sur l’écosystème marin. D'avril 2016 à novembre 2018, l'expédition Tara Pacific a étudié la biodiversité des récifs coralliens. Objectif : mieux comprendre leur capacité d’adaptation aux changements environnementaux et climatiques.

10 fleuves d'Europe


Et Tara ne s'arrête pas là ! Mais cette fois, la fondation se concentre sur les fleuves. Fin mai 2019, une nouvelle mission de six mois est lancée sur dix fleuves d'Europe pour remonter aux origines de la pollution des plastiques, c'est la "Mission microplastiques 2019". Les chercheurs vont explorer le cours des fleuves, identifier les foyers de dispersion des plastiques, comprendre leur toxicité.
 

Origine terrestre


Après avoir identifié les sources de pollution, l'idée est de sensibiliser le grand public et les décideurs. Aujourd’hui, on estime que 80 % des déchets plastiques en mer sont d’origine terrestre. D'ici 2050, d'après les études de la Fondation Ellen Mac Arthur, les microplastiques pourraient dépasser le nombre de poissons : 
Du lundi 26 au jeudi 29 août, à découvrir sur le port de Toulon, l'exposition “Plastiques en mer, les solutions sont à terre”. Jouer avec la nouvelle mallette pédagogique permet de trouver les bons gestes pour améliorer la situation. Une exposition photo (du 27 au 30 août) à la Galerie Zétoil des mers, avec les clichés de François Aurat, marin sur Tara et photographe. Vernissage le jeudi 29 août à partir de 18h.
 

"Le Mystère Plastique"


Autre animation, le lundi 26 août, une projection suivie d'un débat à 18h au Palais du commerce et de la mer : "Le Mystère Plastique" (52 mn) en présence de Jean-François Ghiglione, CNRS, directeur scientifique de la Mission microplastiques 2019 et de l’équipe de la Fondation Tara Océan. Au final, cinq jours afin de comprendre les risques et les solutions pour la planète bleue.

Tara : une histoire mouvementée

La goélette a été construite en France à l’initiative de Jean-Louis Étienne, médecin explorateur, en 1989, et dessinée par les architectes navals Luc Bouvet et Olivier Petit. Baptisée initialement Antarctica, elle parcourt toutes les mers du globe jusqu’en 1996.

Puis elle est reprise par Sir Peter Blake sous le nom de Seamaster, pour en faire l’instrument principal de son programme de défense de l’environnement soutenu par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). Mais l’aventure s’arrête tragiquement en 2001 sur le fleuve Amazone au Brésil à la suite du meurtre de Peter Blake par des pirates. Le bateau reste à quai pendant deux ans.

En 2003, le directeur général d’agnès b., (marque de vêtements prêt-à-porter pour femme) Étienne Bourgois, acquiert le bateau et le rebaptise Tara. Il lance alors le projet Tara Expéditions pour faire prendre conscience de la fragilité de l’environnement et développer une connaissance de haut niveau sur l'océan.

A lire aussi

Sur le même sujet

Jérôme Viaud (06), maire de Grasse revient sur la dégradation de sa permanence

Les + Lus