Trafics de drogue : deux vastes opérations de police quartier de la Beaucaire à Toulon

Le préfet du Var et le procureur de la République de Toulon ont dressé ce mardi 7 février le bilan d'opérations coordonnées de police dans le quartier de la Beaucaire à Toulon. Des actions notamment menées dans le cadre de la lutte contre les trafics de drogue.

Les forces de l'ordre ont été mobilisées le 1er et le 7 février pour démanteler un trafic de stupéfiants.

Deux vastes opérations menées quartier de La Beaucaire à Toulon. Un secteur classé en Quartier de reconquête républicaine (QRR) depuis 2019, notamment en raison de la présence de trafic de stupéfiants et de dégradations répétées.

Lors d'un point presse ce mardi, Evence Richard, le préfet du Var a précisé que "le quartier de Beaucaire est un quartier de reconquête républicaine, quartier prioritaire. Ces opérations étaient menées par la Sûreté départementale à partir du témoignage d'un jeune de 11 ans recruté dans le trafic".

À partir de là, le 1er février ; des surveillances physiques et techniques d'enquête furent menées à Beaucaire pour une première opération qui a visé au démantèlement d'un réseau de trafic de stupéfiants. 80 effectifs de police, dont 52 CRS, ont été mobilisés.
Le bilan est sans appel : 

  • L’interpellation de 11 individus et la saisie de près de 50 000 € en liquide issus du trafic ainsi que des cartouches, des chargeurs et d’un gilet pare-balles ;
  • La déstabilisation du trafic de stupéfiants dans la cité en permettant la mise sous écrou des « gérants » du trafic.

Des poursuites judiciaires pour les mineurs sont en cours, les majeurs ont été eux jugés dans le cadre du "plaider coupable". Ils sont interdits de séjour durant 5 ans, quartier de la Beaucaire. Une mère célibataire était l'occupante de l'appartement où étaient stockées de fortes sommes d'argent (50 000 euros mais aussi 800 g de cannabis, 27 cartouches pour une arme de type Magnum, deux chargeurs de pistolet et 50 kg de cocaïne. Il a été précisé qu'elle était victime de pression pour accueillir cela dans son appartement, elle était exploitée, en situation de vulnérabilité. La femme a pu être relogée.

Six majeurs ont été déférés devant le juge des libertés, quatre sont en détention judiciaire jusqu'au 17 mars et deux sous liberté conditionnée. Le parquet va statuer sur la culpabilité de ces personnes le 17 mars.

Seconde opération ce mardi

Une opération s'est déroulée ce mardi avec cette fois un objectif : la lutte contre les fraudes des commerces.

L'idée était de travailler pour démanteler le réseau un peu plus haut pour fermer le robinet d'un trafic qui dure, et ce, mené par la Sûreté départementale. Opération de contrôle routier, visites, parties communes, lutte contre les économies souterraines... La sécurité est un des éléments clefs pour nous. Nous mettons en place des volets dissuasifs et préventifs auprès des jeunes, notamment de la veille sur les risques liés aux réseaux sociaux.

Marjorie Ghizolin, contrôleur général et directrice départementale de la sécurité publique.

Bilan de l'opération du 7 février :

  • 20 épaves de véhicules extraites par les services + 6 enlèvements volontaires par les propriétaires
  • 3 établissements et 6 employés contrôlés
  • 1 irrégularité relevée pour défaut d’immatriculation d’établissement
  • 2 procédures pour dissimulation de salarié et emploi d’étranger sans titre
  • 2 procédures d’avertissement par la DDPP
  • ouverture illicite d’un débit de boissons, travail dissimulé et organisation de jeux clandestins
  • désencombrement des parties communes des immeubles et travaux de peinture dans les cages d’escalier réalisés par le bailleur.

Selon Samuel Finielz, procureur de la république du tribunal judiciaire de Toulon, "le profil des mineurs était des récidivistes pour trafic de stupéfiants. Le recrutement du trafic se faisait aussi en région parisienne, c'est une tendance que l'on observe à Toulon."

Et d'ajouter lors de la conférence de presse qui s'est déroulée ce mardi : "les opérations et le pilonnage des opérations par les forces de sécurité aboutit à des condamnations assez sévères. Les difficultés de recrutement génèrent des trafics aussi. Les trafiquants venant de la région  parisienne étaient mineurs ou majeurs, ceux interpellés à Beaucaire étaient des personnes de ce quartier."

Le procureur a aussi insisté sur l'importance de "s'intéresser de près au circuit de blanchiment".

Le préfet du Var a annoncé que ces opérations "vont être dupliquées dans d'autres arrondissements de Toulon : Brignoles, le vieux Toulon, Fréjus, la Florane, Berre..." Des secteurs du département également touchés par le trafic de stupéfiants.

"Avant, on était sur une logique de toujours plus : trois policiers par ici, trois par là. L'efficacité opérationnelle n'est pas évidente. Les mouvements d'affectation font qu'il n'y a plus les mêmes effectifs de policiers dans les départements peu attractifs alors on mise plus sur les forces mobiles. Le préfet de police a dû revoir ses méthodes, car Paris accaparait de ces moyens.

le préfet du Var.

Impliquer les habitants

Il a aussi té annoncé que des actions permettant aux habitants de "participer à la réappropriation de leur quartier vont être lancées".

Il sera notamment question de lancer une étude de sûreté globale du quartier ; remettre en état les espaces de vie (jardins, aires de jeux, parties communes des immeubles…), lutter contre les squats, lancer des actions visant au renforcement du lien police/population, d'autres visant à  prévenir la délinquance chez les jeunes et enfin, développer les actions de sensibilisation aux risques des conduites addictives.

L’opération de mardi devrait aussi durer avec notamment avec un maintien sur place d’effectifs de police pendant plusieurs jours.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité