Vaccination : Jean Castex dénonce des "polémiques stériles" lors de son déplacement à Toulon

Interrogé sur la lenteur de la vaccination en France lors de son déplacement à Toulon, Jean Castex a dénoncé des "polémiques stériles" et mis en avant la "cohésion nationale". 

Jean Castex s'est rendu à Toulon pour signer le premier accord régional de relance.
Jean Castex s'est rendu à Toulon pour signer le premier accord régional de relance. © Nicolas TUCAT / AFP / POOL

Venu signer le premier accord régional de relance pour la région Paca à Toulon ce mardi 5 janvier, le Premier ministre n'a pas échappé aux questions sur la lenteur de la vaccination en France. Jean Castex les a balayées d'un revers de main, évoquant des "polémiques stériles qui n'ont jamais sauvé aucune vie, n'ont jamais développé aucun territoire, n'ont jamais scellé la cohésion nationale". 

"La polémique, je le dis à tous, n'aide absolument personne et n'apporte aucune solution, ni sur le terrain sanitaire ni sur le terrain économique et social et vous ne me verrez jamais entrer dans ce type de considération", a-t-il poursuivi au micro de BFMTV

"C'est ensemble que nous devons apporter la preuve concrète à nos concitoyens que nous sommes aussi déterminés à lutter contre la crise sanitaire que nous le sommes pour lutter contre la crise économique et sociale", a-t-il ajouté devant le maire de Nice Christian Estrosi, le maire de Toulon Hubert Falco, mais encore Renaud Muselier le président de la région Sud.

"Je sais la lassitude de nos concitoyens face à cette crise sanitaire qui n'en finit pas", mais "il est indispensable de tenir une ligne ferme et cohérente dans la durée. (...) Tout se fera, on a un chemin que nous traçons et que nous suivons"

Jean Castex a confirmé qu'il tiendrait une conférence de presse jeudi aux côtés du ministre de la Santé Olivier Véran durant laquelle il s'exprimerait "longuement" sur "le déploiement de la vaccination". 

Pour rappel au 4 janvier, "plusieurs milliers" de personnes ont été vaccinées en France selon le ministre de la Santé Olivier Véran, contre 1 million au Royaume-Uni et plus de 250.000 en Allemagne.

Le chef du gouvernement a enfin rappelé qu'en France, les indicateurs de l'épidémie de Covid-19 étaient "moins dégradés que dans la plupart des pays qui nous entourent", mettant en avant des "mesures plus précoces" prises dans l'Hexagone. 

La vaccination dans les Alpes-Maritimes

Dans le département des Alpes-Maritimes, la campagne de vaccination a été lancée symboliquement le 27 décembre. Il faudra cependant attendre le 25 janvier pour que les doses prévues pour les résidents des EHPAD privés arrivent à destination. 

D'ici-là, les établissements doivent recueillir le consentement des personnes concernées et procéder aux visites pré-vaccinales. Si tout est prêt avant le 25 janvier, les EHPAD peuvent demander à avancer la campagne de vaccination au 11 janvier. 

À Nice, les premières injections de vaccin ont été effectuées lundi 4 janvier dans des EHPAD municipaux.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société vaccins politique