• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Cherche médecin désespérément : ces communes du Vaucluse qui se mobilisent pour pallier aux déserts médicaux

16/05/2019 - Mérindol (Vaucluse), une banderole, "Urgent La commune de Mérindol recherche un MEDECIN GENERALISTE pour compléter son équipe de professionnels". / © M. Liagre / France 3 Provence-Alpes
16/05/2019 - Mérindol (Vaucluse), une banderole, "Urgent La commune de Mérindol recherche un MEDECIN GENERALISTE pour compléter son équipe de professionnels". / © M. Liagre / France 3 Provence-Alpes

De nombreuses communes du Vaucluse se retrouvent sans professionnel de santé dans leur commune. Un phénomène qui inquiète autant qu'il handicape la population. De la banderole à la chasseuse de tête, tous les moyens sont bons pour trouver un médecin. 

Par Margaux Liagre, GB / France 3 Provence-Alpes

A l’entrée de la ville de Mérindol, une banderole inhabituelle interpelle. "Urgent La commune de Mérindol recherche un MEDECIN GENERALISTE pour compléter son équipe de professionnels".

La commune de 2.000 habitants a vu un de ces deux médecins partir, sans être remplacé. Bientôt, ce sera au tour du dentiste de quitter ses fonctions.

Pour les habitants, cela devient de plus en plus compliqué de se soigner. Certains ont décidé d’aller consulter dans les communes aux alentours tandis que d’autres n’ont d’autre choix que d’attendre que des places se libèrent.

Les personnes âgées, qui éprouvent souvent des difficultés à se déplacer, se retrouvent alors sans médecin à proximité.

Un centre pluridisciplinaire pour attirer les praticiens

C’est une initiative privée qui est à l’origine du projet, porté par Julien Regnier. Il a décidé de financer la construction d’un centre de santé pluridisciplinaire pour "maintenir cette dynamique d’offre de soins pour le village".

"On va avoir dans cette maison médicale des paramédicaux : infirmiers, osthéopathes, orthophonistes et bien sûr le médecin généraliste historique qui est ici dans le village depuis un moment, et ça ne peut qu’attirer un jeune", explique l'investisseur privé.
 
Mérindol se mobilise pour séduire un nouveau médecin

Ce projet vise à attirer des praticiens dans ce village du Sud du Luberon avec un "cadre de vie idéal, le cadre professionnel également […] certains peuvent penser qu’on a le côté isolé des zones rurales, mais pour moi, le cadre de Mérindol est idéal dans le sens où nous ne sommes pas loin de toutes les agglomérations et puis un cadre de vie qui est quand même assez agréable", commente Julien Regnier.

L'investisseur se dit prêt à salarier les professionnels de santé pour les attirer dans cette zone. Le positionnement de ce centre est aussi stratégique, pour Julien Regnier. Situé à l’entrée de la commune, il est alors accessible aux habitants des communes alentours, qui passent devant chaque jour.

Seul bémol pour les mérindolais : en bord de nationale, le trajet peut sembler dangereux pour les personnes âgées. Mérindol n’est pas la seule commune dans cette situation, de nombreux villages manquent de médecins et développent de nombreuses techniques pour pallier à ce désert médical.

Salarier pour attirer les médecins

Yves Wigt, maire de Charleval, a longtemps cherché une solution à ce problème. Il y a un an, le deuxième médecin généraliste de sa commune de 2.700 habitants est parti à la retraite. Pour le remplacer il a trouvé une issue : salarier un médecin.

"On est arrivés à faire agréer le centre de santé municipal et à recruter un médecin salarié de la commune", explique fièrement Yves Wigt. Les locaux sont neufs, aménagés et prêts à l’emploi pour le médecin. Un "protocole [a été] signé avec la CPAM qui nous permet de récupérer les recettes des visites".

Grâce à ce système, tout le monde y gagne. Les habitants ont retrouvé un médecin et ce dernier n’a rien à investir et profite d’une patientèle déjà existante. L'été, 1.500 touristes séjournent à proximité, la présence d'un second médecin sera la bienvenue.
La commune de Charleval (Bouches-du-Rhône). / © charleval-en-provence.org
La commune de Charleval (Bouches-du-Rhône). / © charleval-en-provence.org


Chercher des médecins hors des frontières

La commune de Serrians, dans le Vaucluse, a décidé de faire appel à une chasseuse de têtes pour recruter son nouveau médecin généraliste. La ville compte seulement deux praticiens pour 5.900 habitants.

Après avoir déposé des annonces sur les sites de la municipalité, des universités de médecine et de l’ordre des médecins, faire appel à un cabinet de recrutement médical était le dernier espoir.

Véronique Andrivon-Robert, chasseuse de têtes, estime qu’il y a une compétition entre les agglomérations, qui renchérissent à tour de rôle pour attirer le moindre généraliste intéressé par la région.

La plupart du temps, les cabinets de recrutement se tournent vers l’étranger pour recruter des médecins. Le Portugal et la Grèce sont les pays qui "fournissent" le plus de médecins vers la France.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le bel essor du solaire en PACA

Les + Lus