Sénatoriales 2020 : les forces en présence dans le Vaucluse

Le 27 septembre, les 1303 « grands électeurs » de Vaucluse auront le choix entre cinq listes pour élire trois sénateurs. Surprise de ce scrutin, la liste LREM du sénateur sortant Claude Haut a été invalidée.
 

Trois sièges de sénateurs sont à pourvoir dans le Vaucluse.
Trois sièges de sénateurs sont à pourvoir dans le Vaucluse. © BERTRAND GUAY / AFP
Avant même de mener la bataille, la République en Marche sait qu’elle va perdre son siège de sénateur dans le Vaucluse.

LREM hors course

La liste LREM, qui devait être menée par la maire de Saumane Laurence Chabaud, avec le sénateur sortant Claude Haut en deuxième position a été invalidée en raison de son mandat de directrice du service environnement à la communauté d’agglomération Luberon Monts de Vaucluse.

Réélu en 2014 pour un 3e mandat, Claude Haut, alors puissant président du conseil général, avait remporté ce siège sous l’étiquette socialiste avant de rejoindre les rangs macronistes.

La gauche à la reconquête des sièges perdus

Pour le parti socialiste, c’est l’heure de la reconquête. En 2014, le sénateur socialiste sortant avait été réélu en se plaçant en tête et la maire PS de Cabrières-d’Aigues Geneviève Jean avait ravi le siège de l’UMP Alain Dufaut, battu d'une voix.

Mais quatre mois plus tard, ce dernier avait récupéré son fauteuil sur décision du Conseil constitutionnel, en raison d'un bulletin considéré à tort comme nul. 

La gauche n’a donc plus de sénateurs en Vaucluse. Lucien Stanzione, le patron du PS vauclusien, qui mène une liste d’union des partis de gauche et écologistes, espère reconquérir ces deux fauteuils perdus.La vague verte des municipales nourrit les espoirs des écologistes. Le Sénat semble à la portée de bulletins. Surtout pour la conseillère départementale EELV Sylvie Faré, en deuxième position sur cette liste d'union.

Deux listes à droite comme en 2014

Des trois élus en 2014, le sénateur LR Alain Milon est le seul à se représenter. Comme il y a six ans, la droite présente deux listes et ambitionne de conserver ses deux sièges.
Le sénateur Alain Milon (LR) brigue un troisième mandat.
Le sénateur Alain Milon (LR) brigue un troisième mandat. © Vincent Isore/MaxPPP
Le président des Républicains en Vaucluse brigue un troisième mandat.

L’autre liste est menée par Jean-Baptiste Blanc, vice-président du conseil départemental et secrétaire départemental des Républicains, successeur désigné d’Alain Dufaut.Toujours réélu depuis 1987, sauf en 2014, le sénateur sortant figure cette fois en soutien sur la liste, en 3e position.

RN et Ligue du Sud en lice

Candidate malheureuse aux municipales de Cavaillon, Bénédicte Auzanot porte le drapeau du Rassemblement national, soutenue par les maires de Camaret-sur-Aigues et du Pontet ainsi qu’Anne-Sophie Rigault qui figurent sur sa liste. Le parti de Marine Le Pen affronte la concurrence de la liste de Marie-Claude Bompard, déjà candidate en 2014.

Après la perte de sa mairie de Bollène, l’épouse du fondateur de la Ligue du Sud et maire d’Orange, vise le Palais du Luxembourg.

Les cinq listes en lice

Liste "Des Vauclusiens pour une France qui gagne"  (LR) :Liste "Libertés, localisme, identités : protégeons le Vaucluse" (RN) :Liste "Pour un Vaucluse solidaire et écologique" (PS, EELV, PCF) :Liste "Le Vaucluse au présent" (LR) :Liste "Vaucluse espoir " (Ligue du Sud) :Retrouvez le détail des résultats des élections sénatoriales dans le Vaucluse.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections sénatoriales politique élections front de gauche les républicains la république en marche