publicité

Centrale nucléaire du Bugey: Corinne Lepage et le Canton de Genève défendent leurs arguments

Ce lundi 7 mars, l'avocate Corinne Lepage, chargée de défendre les intérêts suisses, a tenu une conférence de presse avec Antonio Hodgers, conseiller d'Etat du canton de Genève, pour justifier la plainte contre X visant la centrale nucléaire du Bugey (Ain). 

  • Par Franck Grassaud
  • Publié le , mis à jour le
L'avocate Corinne Lepage et Antonio Hodgers, conseiller d'Etat suisse © Ingrid Pernet-Duparc

© Ingrid Pernet-Duparc L'avocate Corinne Lepage et Antonio Hodgers, conseiller d'Etat suisse

D'emblée, Corinne Lepage, -ancienne ministre de l'Environnement et fervente opposante à l'atome-, a donné ses arguments. Elle estime que la centrale du Bugey a été construite "sans études d'impact" concernant les risques sismique et d'inondations notamment. En outre, l'avocate a pointé de nombreux dysfonctionnements, relevés par l'Autorité de Sûreté Nucléaire, et des signes de vieillissement. 

Esther Alder, maire de Genève, a déclaré vouloir "la fermeture de la centrale", tout simplement. A ses côtés, le conseiller helvète Antonio Hodgers et quatre habitants de la zone qui ont promis de se joindre à la procédure. Rappelons que le Canton et la Ville de Genève ont porté plainte contre X "pour mise en danger délibérée de la vie d'autrui et pollution des eaux". 

A la question: pourquoi une plainte contre X? Corinne Lepage a répondu: "c'est à l'instruction de rechercher les responsables."

Depuis le lancement de leur action en justice, les autorités genevoises ont reçu une invitation d'EDF pour une "réunion d'information" le 4 avril à la centrale. 

Reportage Ingrid Pernet-Duparc et Serge Worreth
Centrale du Bugey: conférence de presse en Suisse

Intervenants: Corinne Lepage, avocate; Rémi Pagani, Conseiller administratif Ville de Genève; Madeleine Chatard-Leculier, "Sortir du nucléaire Bugey"


Plusieurs tentatives

Ce n'est pas le premier coup que tentent de porter les autorités genevoises à la centrale du Bugey, en fonctionnement depuis les années 1970. Les Suisses contestent notamment le projet d'EDF de construire sur le site, éloigné de 70km à vol d'oiseau de Genève, un centre de stockage de déchets nucléaires.

Appelé Iceda (installation de conditionnement et d'entreposage de déchets activés), il doit permettre de stocker une partie des déchets issus des neuf réacteurs d'EDF en cours de démantèlement en France (Brennilis, Bugey-1, Saint-Laurent, Chinon, Creys-Malville). Le canton de Genève avait ainsi contesté sans succès devant la justice un décret autorisant EDF à créer ce site. Il y a un an, la ville avait rappelé sa détermination à faire fermer la centrale et engagé comme avocate Corinne Lepage pour réfléchir à une stratégie.

Outre ce projet de centre de stockage, la centrale du Bugey compte un réacteur en cours de démantèlement, trois autres en fonctionnement et un à l'arrêt depuis le 27 août 2015. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a demandé à EDF de réparer une dégradation de l'étanchéité du revêtement métallique de l'enceinte du réacteur actuellement à l'arrêt.

En France, une fermeture de la centrale du Bugey est régulièrement réclamée par les organisations anti-nucléaires, qui pointent notamment du doigt sa situation à une trentaine de kilomètres de Lyon.
les + lus