Concours de composition Orchestre d'Auvergne et pays de Savoie - Votez pour le prix du public !

L'Orchestre d'Auvergne et l'Orchestre des Pays de Savoie ont lancé en janvier 2017 leur premier concours de composition pour la création d'une œuvre musicale pour orchestre à cordes et chanteurs amateurs. Deux finalistes sont en lice pour l’ultime étape du concours : le Prix du public !

Par Stéphane Moccozet

L'Orchestre d'Auvergne et l'Orchestre des Pays de Savoie ont lancé début janvier 2017 leur premier concours de composition pour la création d'une œuvre musicale pour orchestre à cordes et chanteurs amateurs. Les deux orchestres ont choisi de collaborer pour la première fois afin de toucher le plus largement possible les habitants et de célébrer leur réunion depuis le 1er janvier 2016 au sein de la grande région Auvergne Rhône-Alpes.

Après avoir été sélectionnés par un jury composé de personnalités du monde musical, les deux lauréats Johannes Söllner et Esteban Pagella sont désormais en lice pour l’ultime étape du concours de composition 2017 : le Prix du public ! L’œuvre lauréate sera dès lors jouée avec le public lors de certains concerts des deux orchestres durant la saison 2017/2018 en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Quatre questions à Johannes Söllner

Compositeur, chef de chœur et enseignant à la Hochschule für musik de Freibourg, Johannes Söllner a gagné de nombreux prix de composition pour des œuvres pour chœur et orchestre dont le Prix Paul-Hindemith en 2013.
Compositeur, chef de chœur et enseignant à la Hochschule für musik de Freibourg, Johannes Söllner a gagné de nombreux prix de composition pour des œuvres pour chœur et orchestre dont le Prix Paul-Hindemith en 2013.
Quel est l’intérêt pour un compositeur de participer à un tel concours ?
"J'aime la musique. Et j'aime les concerts, cette artificielle division entre les musiciens d'un côté et le public de l'autre n'existe pas. Mais quand tous font partie d'un même ensemble et participent à la musique. Et je crois que la musique n'est pas seulement une histoire de beau son, d'émotions audibles et de structures abstraites, mais qu'elle a aussi le devoir de prendre position, donner matière à réflexion et scruter des façons de penser. Ce qui m'a fasciné dans ce concours de composition, c'est que ces deux points sont au coeur même du projet. Le public prend une part active dans la performance de l'orchestre professionnel. Et le texte chanté parle de valeurs et la responsabilité."

Quels sont les œuvres et les auteurs qui ont guidé votre parcours musical ?
"La particularité d'Aucune goutte dans la cascade est qu'il n'y a pas seulement une partie pour chaque section. Chaque musicien a sa propre partie. Cela signifie qu'il n'y a pas juste les cinq parties normales (le violon 1, le violon 2, l'alto, le violoncelle, la contrebasse) qui doivent être coordonnées, mais vingt. Pour gérer ce défi, j'ai posé un regard attentif au travail de György Ligeti. Entre autres "Atmosphères", une oeuvre classique moderne, où 87 parties façonnent une oeuvre globale. Cette étude était très inspirante pour moi, bien que la forme résultante soit très différent de celle de Ligeti. En même temps, j'aime l'univers musical qui résulte de cette micropolyphonie qui peint une rivière, une cascade et toutes ses petites gouttes minuscules."

Où avez-vous puisez l’inspiration pour composer "Aucune goutte dans cascade ne se sentira jamais responsable" ?
"L'idée centrale d'-Aucune goutte dans cascade ne se sentira jamais responsable-, je la porte en moi depuis environ vingt ans. Et la nuit après que j'ai entendu parler ce concours de composition, cette phrase est à nouveau revenue dans mon esprit. Et, soudain, alors que je cherchais le sommeil dans mon lit, la musique la décrivant s'est développé dans mon oreille. Ces dernières années, je me suis mis à penser de plus en plus à comment je joue la musique, comment la musique que j'écris peut contribuer à un meilleur monde. Ceci est devenu une ligne directrice de ma musique et de cette oeuvre précisément. Et si juste une personne, après l'avoir écoutée, change quelque chose dans sa vie, je serai vraiment heureux."

Qui est Johannes Söllner ?
"Je suis musicien, qui veut toucher le coeur et l'esprit des gens, qui veut avoir un impact avec la musique qu'il crée. Quand j'étais enfant, je voulais être magicien. La musique est l'art le plus proche de la magie, donc je suis devenu musicien. Quand je regarde le public et les musiciens après un concert dans lequel j'ai joué, que j'ai dirigé ou pour lequel j'ai composé, je vois cette lueur, cette étincelle magique, alors je suis heureux."


Quatre questions à Esteban Pagella

Compositeur, chef de chœur installé en France, Esteban Pagella dirige régulièrement des formations chorales en Île-de-France et fut également adjoint à la direction de l'orchestre académique du théâtre Colon de Buenos aires.
Compositeur, chef de chœur installé en France, Esteban Pagella dirige régulièrement des formations chorales en Île-de-France et fut également adjoint à la direction de l'orchestre académique du théâtre Colon de Buenos aires.
Quel est l’intérêt pour un compositeur de participer à un tel concours ?
"L'intérêt pour moi, personnellement, c'est d'abord d'avoir l'opportunité de faire jouer une oeuvre pour orchestre de très haut niveau, opportunités qui sont assez rares. Aussi je trouve très important la possibilité de partager avec le public le travail qu'on fait dans le silence et la solitude. C'est dans le partage avec les autres que le cercle de la création se ferme et prend du sens."

Quels sont les œuvres et les auteurs qui ont guidé votre parcours musical ?
"L'opéra a une place importante dans mon parcours musical spécialement "La Boheme" et "Turandot" de Puccini. Parmi les compositeurs contemporains, j'aime particulièrement la musique de Henri Dutilleux et Pascal Dusapin. Mais  j'écoute aussi de la musique populaire comme le tango et la bossa-nova."

Où avez-vous puisez l’inspiration pour composer "Ode" ?
"A partir de la proposition du Concours de composition de choisir un texte prônant des valeurs universelles humanistes, j’ai voulu exprimer et chercher différents chemins pour aborder le sujet de la paix et la liberté. Les textes choisis appartiennent à deux écrivains français, Paul Eluard et Jean de la Fontaine, et expriment d’une façon directe et concise un message d’espoir. Chaque strophe est chargée d’un contenu visuel très riche. Même s’il ne s’agit pas d’une oeuvre descriptive, j’ai voulu exprimer la force du message des poèmes. C’est une musique qui essaie d’inspirer de la force, l’optimisme et l’espoir dans un monde meilleur."

Qui est Esteban Pagella ?
"Je suis né à Buenos Aires où j'ai fait mes études de guitare classique avec Carlos Groisman au Conservatoire Julian Aguirre et puis de composition et de direction d'orchestre et direction de choeur à l'Université Catholique Argentine. Après  j'ai quitté l'Argentine pour continuer mes études à Paris, où j'habite actuellement depuis 2010."

paroles des œuvres




Un concours inédit

L'Orchestre d'Auvergne et l'Orchestre des Pays de Savoie ont lancé début janvier 2017 leur premier concours de composition pour la création d'une œuvre musicale pour orchestre à cordes et chanteurs amateurs.

Les deux orchestres ont choisi de collaborer pour la première fois afin de toucher le plus largement possible les habitants et de célébrer leur réunion depuis le 1er janvier 2016 au sein de la grande région Auvergne Rhône-Alpes.

Les inscriptions au premier concours de composition avaient débuté le 20 janvier 2017 et se sont achevées le 31 mai dernier. Les candidats inscrits viennent des Pays-Bas, d'Australie, du Canada, de France, d'Allemagne, de Corée du Sud, de Suède, des Etats-Unis et d'Argentine.

Ce concours a pour but de faire participer le public lors des concerts de chacun des deux orchestres en interprétant une création commune sur l’ensemble de la région et d’encourager la jeune génération de compositeurs dans la création.

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Festival de Montseveroux

Près de chez vous

Les + Lus