Lyon : Un nouveau protocole anti-cancer testé au centre Léon Bérard

Le centre Léon Bérard vient d'engager à Lyon un nouveau protocole de soins qui pourrait révolutionner à moyen terme l'approche du cancer. Il vise à tromper les cellules cancéreuses pour éviter qu'elles ne se multiplient dans l'organisme. 50 patients vont expérimenter ce traitement innovant.       

Par Philippe Bette

Un nouveau protocole anti-cancer vient d'entrer en phase d'essai clinique expérimental chez l'homme à Lyon. C'est le centre Léon Bérard qui est chargé de le mettre en oeuvre. Le professeur Patrick Mehlen , directeur de recherche au CNRS, est venu en expliquer le principe mardi midi dans le 12-13 de France 3 Rhône-Alpes présenté par Frédéric Llop dans le cadre de notre chronique "santé".

Les recherches menées au sein même du centre Léon Bérard depuis 8 ans ont permis de montrer l'efficacité de ce traitement sur certains types de cancer chez la souris. La question est de savoir si les résultats encourageants observés ici peuvent être transposés à l'homme. La stratégie retenue est de tromper les cellules cancéreuses qui contrairement aux cellules saines, se perpétuent et proliférent. Une molécule a donc été développée pour reprogrammer les cellules malignes et pour faire en sorte qu'elles s'auto-détruisent.

De la recherche fondamentale aux premiers tests sur l'homme, il aura donc fallu 8 ans de travaux en laboratoire. Un délai qui s'explique par l'exigence de phases d'essai réglementaires et par la collecte des fonds nécessaires pour développer un candidat médicament. Patrick Mehlen explique que la cible qui est visée par ce protocole concerne de nombreux cancers humains : 2/3 des cancers du sein et de l'ovaire chez la femme  , la moitié des cancers du poumon mais aussi les cancers du pancréas dont le pronostic est généralement très réservé.  

Protocole innovant au centre Léon Bérard à Lyon
Le centre Léon Bérard vient d'engager un nouveau protocole de soins qui pourrait révolutionner à moyen terme l'approche du cancer. Il vise à tromper les cellules cancéreuses pour éviter qu'elles ne se multiplient dans l'organisme. 50 patients vont expérimenter ce traitement innovant.




            

Sur le même sujet

Commémoration 11 novembre lycée Champollion de Grenoble

Près de chez vous

Les + Lus