A Joigny, Ibrahim peut aller au collège grâce à des travaux financés par le Conseil départemental

Ibrahim, 12 ans, est atteint d'une maladie rare, le Xeroderma pigmentosum, qui lui interdit toute exposition aux rayons ultra-violets. Vivant à Joigny, dans l'Yonne, il parvient à suivre une scolarité normale au collège Marie-Noël grâce à des travaux financés par le conseil départemental. 

Par C.C

A 12 ans, Ibrahim a fait sa rentrée en sixième au collège Marie-Noël de Joigny, dans l'Yonne. Chaque matin, avant de rejoindre les salles de classe, il doit néanmoins enfiler un équipement spécial. "Il est obligé de mettre un casque et des gants. Il doit être protégé de la tête aux pieds", explique sa maman. Pour cause, Ibrahim est atteint d'une maladie rare,  le Xeroderma pigmentosum, qui lui interdit de s'exposer aux rayons du soleil. Il est, ce qu'on appelle, un enfant de la lune. A cause de sa maladie, il a 4 000 fois plus de chance de développer un cancer de la peau que les autres enfants. 

Quatorze salles équipées


Malgré la maladie, il parvient à suivre une scolarité normale. Le conseil départemental a engagé des travaux importants pour pouvoir l'accueillir au sein du collège Marie-Noël. "Cet été, le conseil départemental a fait trois types de travaux : il a changé les luminaires, des filtres anti-UV ont été installés dans plusieurs classes et une signalétique a été mise en place pour prévenir de la présence d'Ibrahim", explique François Germain, principal du collège.

A Joigny, Ibrahim peut aller au collège grâce à des travaux financés par le Conseil départemental
Ibrahim, 12 ans, est atteint d'une maladie rare, le Xeroderma pigmentosum, qui lui interdit toute exposition aux rayons ultra-violets. Vivant à Joigny, dans l'Yonne, il parvient à suivre une scolarité normale au collège Marie-Noël grâce à des travaux financés par le conseil départemental.  - ETIENNE Yoann, CÉZARD Quentin, CROTET-BEUDET Laurence


Quatorze salles du collège ont été équipées, dont la cantine pour un coût total de 180 000 euros. Ibrahim reste ainsi à l'abri des rayons UV et peut suivre ses cours aux côtés de Lilou, sa meilleure amie d'enfance. Ibrahim est ravi. "Ca oblige les élèves à se questionner sur la différence", félicite sa professeur d'arts plastiques. "Il y a une valeur de solidarité qui va être transmise dans l'établissement. Je vous avoue être fier d'avoir pu participer à cette opération", ajoute quant à lui Patrick Gendraud, le président du conseil départemental. 

Comme ses sœurs, Ibrahim va pouvoir continuer à aller au collège jusqu'en classe de troisième. Le jeune enfant de la lune ne veut pas s'arrêter là. Il a déjà des rêves plein la tête et espère un jour devenir dessinateur.

Sur le même sujet

Témoignage instituteur accusé de viol

Près de chez vous

Les + Lus