Rennes : le journaliste Gaspard Glanz, mis en cause par 12 policiers pour injures

Tribunal correctionnel de Rennes : procès du journaliste Gaspard Glanz / © Maylen Villaverde - France 3 Bretagne
Tribunal correctionnel de Rennes : procès du journaliste Gaspard Glanz / © Maylen Villaverde - France 3 Bretagne

Le journaliste de Taranis News, Gaspard Glanz comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Rennes, suite aux plaintes de 12 policiers, pour injure à la suite d’un post sur les réseaux sociaux, lors des manifestation contre la loi travail au printemps 2016. Délibéré le 2 mai.

Par Krystell Veillard

"Injure publique envers un corps constitué" c'est l'intitulé de l'accusation. Gaspard Glanz, jeune journaliste militant de Taranis News, site internet alternatif, et référence dans le traitement des mouvements sociaux, comparait ce lundi devant le tribunal correctionnel de Rennes. Il est mis en cause par une douzaine de fonctionnaires de police, pour injure à la suite d'un post sur un réseau social, dans le contexte de la manifestation contre la loi travail du 2 juin 2016 à Rennes. Un post qui montrait une photo de ces policiers en civil, accompagnée du commentaire "Ein Volk, Ein Reich, Ein Führer", un peuple, un empire, un guide, slogan utilisé par le parti nazi .

Dérives liberticides ou police salie délibérément


Un genre d'affaire extrêmement rare, même si le journaliste de 29 ans s'attire régulièrement les foudres des forces de l'ordre. Il a en effet déjà été placé sous contrôle judiciaire lors de reportages sur le démentèlement de la "jungle" de Calais, et il a fait l'objet de menaces répétées. L'avocat des policiers met en avant la limite à la liberté d'expression, franchie pour salir la police. Pour sa défense le journaliste a voulu contextualiser son post, en rappelant la période de tension extrême de ces manifestations. Il insite sur le fait qu'il a été harcelé et même placé en garde à vue abusivement. Pour lui, avec ce post il s'agissait plutôt de faire prendre conscience aux fonctionnaires de dérives liberticides et des méthodes utilisées par la police lors des manifestations.

Délibéré le 2 mai prochain


Le procureur et l'avocat des policiers ont demandé 250€ par agent au titre du préjudice moral et 6000 € d'amende. Le délibéré est fixé au 2 mai prochain.

Le reportage à Rennes, de Maylen Villaverde et Alexis Paumard

Procès Gaspard Glanz 2
Procès de Gaspard Glanz à Rennes pour injures à l'encontre de policiers (10/04/17) Interviews : Frédéric Berrien, avocat des 12 agents de police - Gaspard Glanz, journaliste poursuivi pour injure publique - reportage à Rennes de Maylen Villaverde et Alexis Paumard



Sur le même sujet

Lorient : Nouveau procédé de surgélation Qwehli

Près de chez vous

Les + Lus