Sécheresse en Centre-Val de Loire : la ressource en eau déjà "dégradée", les premières restrictions annoncées

La sécheresse de 2019 et les faibles pluies depuis le début de l'année crée une situation de tension dans plusieurs départements, alors que l'été vient de commencer. 

Un particulier arrose son potager - Photo d'illustration
Un particulier arrose son potager - Photo d'illustration © LA MONTAGNE/MAXPPP
"Un premier cours d’eau a dépassé le seuil d’alerte, il s’agit de l’Yèvre dans sa partie amont. D’autres bassins versants pourraient très vite basculer en alerte, voire en alerte renforcée." 5 juillet, le département du Cher est déjà en alerte. Victime de la sécheresse de l'été 2019, et d'une pluviométrie trop faible depuis le début de l'année, les autorités constatent déjà "une situation dégradée de la ressource en eau".

Pour enrayer la baisse du débit des cours d'eau, les premières mesures de restrictions ont été édictées. Bien sûr, plus question de prélever l'eau du fleuve, d'arroser sa pelouse à certaines heures, ou de remplir sa piscine. Exploitants agricoles, industriels, collectivités... Tous les acteurs du territoire sont sommés de participer à l'effort collectif, détaillé dans l'arrêté paru sur le site internet de la préfecture. 
   

Une alerte généralisée en Centre-Val de Loire


"Compte-tenu des faibles précipitations dans les semaines à venir et afin de limiter le risque de sécheresse prolongée", un scénario qui se répète depuis l'été 2017, le Loir-et-Cher a également pris des mesures similaires. L'arrosage des pelouses et jardins est strictement interdit, à l'exception des potagers, qui pourront être arrosés en soirée. Dans ce département aussi, plusieurs bassins versants ont franchi le seuil d'alerte ( la Braye, la Cisse et les affluents du Cher) ; d'alerte renforcée (affluents de la Loire) ou même de crise (le Beuvron et la Masse). Toutes les communes à proximité de ce bassin sont concernées par les restrictions. 

Premières restrictions de l'année pour l'Indre également. "Le niveau des nappes souterraines reste satisfaisant pour la saison" rassurent les autorités préfectorales, qui estiment cependant que "les conditions hydrologiques appellent à la vigilance sur tout le territoire". Les bassins versants de la Ringoire, la Trégonce, et l'amont de l'Anglin ont passé le seuil d'alerte. Parmi les mesures détaillées par le département : la limitation des lavages de voitures, mais aussi des voiries et trottoirs, ou encore l'interdiction d'alimenter des fontaines en circuit ouvert. 

L'Indre-et-Loire n'a pour le moment pas communiqué sur ses ressources en eau ou d'éventuelles restrictions. 
   

Le Loiret et l'Eure-et-Loir en souffrance


La situation paraît plus critique dans le Loiret. Plusieurs cours d'eau ont dépassé le seuil d'alerte : Betz, Aveyron, Loing amont et Aquiaulne. D'autres ont dépassé le seuil d'alerte renforcée, il s'agit de Puiseaux, Bezonde, Bonnée, Bec d’Able, Sange. Quelques cours d'eau ont même atteint le seuil de crise : Solin, Vernisson, Milleron, Avenelle, Ru du Pont Chevron, Trézée, Dhuy, Cosson, Loiret-Dhuy. 

Partout dans ces secteurs, les prélèvements dans les eaux et nappes phréatiques sont interdits, ou très limité. "Pour le grand public, les principales mesures portent sur des limitations (alerte) ou interdiction (alerte renforcée, crise) d’arrosage des pelouses, des jardins potagers dans la journée et l’interdiction de remplir les piscines. Le remplissage des étangs est également interdit" précise la préfecture. 

Dans l'Eure-et-Loir, même constat inquiétant. Voici la liste des cours d'eau qui font l'objet d'une vigilance renforcée :

Seuil d'alerte : l’Aigre, la Cloche, l’Eure de l’entrée dans le département (Manou) à Saint Luperce inclus et ses affluents, l’Ozanne, de l’aval de Brou jusqu’au Loir, le Ruisseau de Vacheresse, La Thironne, l’Yerre de l’aval d’Arrou jusqu’au Loir.

Seuil d'alerte renforcée : la Drouette, l’Eure de l’aval de Saint-Luperce à Jouy inclus et ses affluents, la Foussarde, l’Ozanne de sa source jusqu’à Brou inclus, la Vinette.

Seuil de crise : le Loir, de la source à Saumeray inclus, le Loir de l’aval de Saumeray à Saint-Maur-sur-le-Loir inclus, la Voise de l’aval de Oinville-sous Auneau jusqu’à la confluence avec l’Eure, la Voise de la source jusqu’à Oinville-sous-Auneau inclus , l’Yerre de sa source jusqu’à Arrou inclus.
 
Autre spécificité de la sécheresse dans le département : deux forages qui alimentent Chartres en eau potable sont "en situation de vigilance". "Pour l'instant, ces forages sont fonctionnels, même s'ils sont surveillés de près. Il n'y a pas de rupture d'alimentation, et ce n'est pas envisagé pour le moment. Dans le plus grave des cas, nous avons une prise d'eau, dans l'Eure, qui pourrait alimenter l'agglomération chartaine" rassure un responsable de la Direction Départementale des Territoires. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécheresse météo région centre val-de-loire environnement
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter