Le candidat d'En Marche ! rassemble 1500 personnes à Reims et fustige le FN

© Damien Louvet / France 3 Champagne-Ardenne
© Damien Louvet / France 3 Champagne-Ardenne

Dans un meeting très rassembleur, Emmanuel Macron oppose son "patriotisme ouvert" au "nationalisme étriqué" de Marine Le Pen. Dans la salle, sa femme Brigitte Macron et bien sûr son soutien François Bayrou.

Par Laurent Meney

C'est au son de musique techno devant un parterre de quadras, étudiants, retraités que la candidat d'En Marche ! a fait son entrée hier. Quelques minutes plus tôt on voyait la connivence entre Macron et Bayrou dans les rues de Reims.

Emmanuel Macron a stigmatisé le Front National assurant qu'il ne portait pas

"le projet du multiculturalisme car il nourrit le communautarisme, parce qu'il nourrit des ghettos dans la République".

Dans la ville du sacre des rois de France,

"où notre histoire vibre, tout notre histoire", a-t-il dit, M. Macron a associé au FN une frange de la droite qui a "bâti son influence il y a maintenant 10 ans sous l'égide d'un inquiétant maître à penser, amateur de Charles Maurras, et ennemi de toute modernité"


Les tenants de cette droite

"ont décidé de réveiller les forces réactionnaires. Ils ont décidé de les exciter, parfois sur des grandes places parisiennes, en réveillant une identité fantasmée, haineuse, avec un combat, stigmatiser celles et ceux qui ne ressemblent pas à l'idée qu'ils se font de la France"


Le candidat d'En Marche ! a ensuite insisté sur ce qui fait la culture de la France évoquant les

 "trois piliers fondamentaux: notre langue, notre culture et son héritage, et notre volonté constante de nous affranchir de tout et de prétendre à l'universel".

Evoquant le peuple "patriote" et expliquant que 

"les vrais patriotes regardent le passé et l'avenir et savent les réconcilier."

Dans la salle, François Bayrou qui rallié Emmanuel Macron fin février.  

"Vous allez voir que nous sommes pleinement raccord", avait promis M. Macron en rejoignant M. Bayrou à Reims.

Le président du MoDem a pour sa part estimé qu'Emmanuel Macron répondait à un "immense besoin" de "changement" et de "fraîcheur".

Maxime Meyer, notre reporter a suivi Emmanuel Macron tout l'après-midi.
Meeting à Reims d'Emmanuel Macron


Sur le même sujet

suivez les élections régionales sur France Info

SUIVEZ LES ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 SUR FRANCE INFO

Maison incendié à Vrécourt (88)

Près de chez vous

Les + Lus