Calais : le meurtre de Chloé, 9 ans, instrumentalisé par les anti-migrants

Depuis mercredi, un article de France 3 Nord Pas-de-Calais, daté du mois d'avril, consacré au meurtre de Chloé à Calais, circule abondamment sur les réseaux sociaux. Son titre a été modifié sur Facebook par des internautes pour stigmatiser les immigrés et créer un amalgame avec les réfugiés. 

  • @f3nord
  • Publié le , mis à jour le
Le titre d'un article de France 3 Nord Pas-de-Calais modifié par des internautes sur Facebook pour stigmatiser les immigrés. © DR

© DR Le titre d'un article de France 3 Nord Pas-de-Calais modifié par des internautes sur Facebook pour stigmatiser les immigrés.

Ce jeudi matin, l'équipe web de France 3 Nord Pas-de-Calais a constaté une anomalie dans les statistiques d'audience de la journée du mercredi 9 septembre. L'article le plus lu sur notre site remontait en effet au 16 avril dernier. Il est consacré au meurtre sordide de la petite Chloé, 9 ans, par un ressortissant polonais, Zbigniew Huminski. Un drame épouvantable qui a bouleversé les Calaisiens.

Nous avons essayé de comprendre les raisons pour lesquelles cet article, publié il y a cinq mois, refaisait soudainement surface. Nous avons donc consulté les moteurs de recherche et les différents réseaux sociaux. Nous avons pu ainsi constater que des internautes anti-migrants tentent d'instrumentaliser ce meurtre en pleine actualité sur l'accueil des migrants et des réfugiés. Le titre de notre article, "Chloé enlevée, tuée et violée à Calais : le suspect a avoué" a  ainsi été transformé en "Chloé enlevée, tuée et violée à Calais par un immigré". Ce que nous n'avons jamais écrit. Ce genre de manipulation est extrêmement simple à réaliser sur Facebook, puisque le titre d'un article posté en lien sur son "mur" ou sa page peut être totalement réécrit.
Notre article et son titre réécrit sur certaines pages Facebook.

Notre article et son titre réécrit sur certaines pages Facebook.


Le bidouillage est grossier mais il a malheureusement fonctionné, certains internautes s'indignant qu'on ait pu rédiger un titre aussi racoleur. 




Mêmes réactions indignées dans les commentaires écrits en bas de l'article. Pour les sceptiques qui douteraient de notre bonne foi, nous vous invitons à regarder la date et l'heure de parution de notre article, qui n'a plus été édité depuis le 16 avril 2015 à 12h37.

Manipulation et amalgame

A notre grande surprise, l'une des pages Facebook qui a initié ou reproduit cette manipulation est celle d'une association de motards qui dit venir en aide aux enfants abusés. Notre article y a été publié mercredi matin à 6h48 du matin avec le titre modifié et ce commentaire sans équivoque : "Ça promet avec ceux qui débarquent".
Contactée par courriel, l'association a accepté de retirer cette publication et a présenté des excuses. "Je suis vraiment navré pour l'employé que cela a pris", nous a expliqué son trésorier qui dit envisager des sanctions. "Le message que nous voulions véhiculer n'était pas via les émigrés puisque notre association n'a pas de vocation à faire de la politique." Nous avons donc accepté, en retour, de "flouter" et de ne pas mentionner le nom de l'association. 

Cette tentative de récupération du meurtre de Chloé n'est pas un cas isolé. "#migrants  une opportunité pour @EmmanuelMacron dite le à #Chloé violée par un migrant", peut-on également lire sur un compte Twitter relayant notre article. 



On le voit, certains tentent clairement d'assimiler les demandeurs d'asile syriens ou afghans au meurtrier polonais de la petite Chloé, ressortissant de l'Union Européenne. Un amalgame nauséabond qui instrumentalise un drame terrible et la douleur d'une famille.
les + lus
les + partagés