publicité

PORTRAIT. Stéphane Ravier, un frontiste droit au but

Encore quasiment inconnu il y a un an, le visage de Stéphane Ravier s'affiche depuis dimanche soir sur tous les écrans. Il est l'homme qui a donné une mairie de 150000 habitants au Front National. Celui qui a devancé le PS à Marseille. Celui qui se rêve successeur de Jean-Claude Gaudin. Portrait. 

  • Par Annie Vergnenegre
  • Publié le 01/04/2014 | 06:40, mis à jour le 02/04/2014 | 09:25
Stéphane Ravier élu nouveau maire du 7e secteur à Marseille. © Franck Pennant/ AFP

© Franck Pennant/ AFP Stéphane Ravier élu nouveau maire du 7e secteur à Marseille.

Avant son premier discours de vainqueur, Stéphane Ravier chante à la tribune. "Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ?".... Il a gagné un secteur mais le vrai bonheur ne serait-il pas pour lui de devenir maire de Marseille ? 
Stéphane Ravier a de l'ambition, il n'entend pas s'arrêter en si bon chemin. Il donne rendez-vous aux électeurs marseillais dans six ans. 

Non seulement le FN est chez lui à Marseille, mais en plus il est en train de conquérir Marseille. Si ce n'est pas cette fois ce sera la prochaine..."


Cadre chez Orange

Prudent, le commercial d'Orange avait demandé une disponibilité de 3 mois à son employeur. Il peut faire ses cartons au bureau, il emménagera bientôt dans la magnifique bastide Saint-Joseph où loge la mairie des 13e et 14e arrondissements. 

L'enfant de la Maurelette a fait des quartiers nords sa terre d'élection.  

J'ai grandi dans les quartiers nord à l'époque où il n'avait pas cette connotation de quartiers défavorisés. Je n'ai jamais manqué de rien."


Dans son enfance, le quartier n'était pas une cité sensible comme aujourd'hui. Une enfance sans problème donc. Entre un père ouvrier électricien et une mère au foyer, il y a grandi en apprenant les bonnes manières. Stéphane Ravier est dit affable, courtois. Toujours, même avec les journalistes. Il soigne son image.

Militant à 16 ans 

Son grand père était communiste et il aurait pu tout aussi bien suivre la même voie de l'extrême gauche. Mais dès l'adolescence, c'est avec le discours de Jean-Marie Lepen qu'il se sent en phase.

Jean-Marie Lepen m'a convaincu, je l'ai suivi."


Stéphane Ravier est un lepéniste de la première heure même si à 44 ans, il incarne la nouvelle génération du FN. Militant à 16 ans, il fait ses armes à l'école du Front National de la Jeunesse des Bouches-du Rhône. Quatre plus tard, il en est nommé responsable. Tenace malgré les échecs, il est de toutes les campagnes, de toutes les élections.

Il monte les échelons, gagne ses premiers mandats. Conseiller du 7e secteur en 2008, conseiller régional en 2010. Nommé au bureau politique du FN en 2011. Secrétaire départemental du FN 13 en 2012. 

Sa ligne politique jugée trop radicale fait parfois fuir les nouveaux militants. Il est "beaucoup plus radical que celui de Marine Lepen" selon Anna Rosso-Roig, transfuge du front de gauche, qui a tenté l'expérience FN avant de se retirer des listes RBM.

Terre d'élection

Signe de la volonté de Marine Lepen de pousser son poulain à Marseille, c'est au moment où la cité s'affiche à la Une des médias comme capitale du crime et des règlements de compte en série que le parti y organise pour la première fois son université d'été. Stéphane Ravier y occupe une place de choix. Face à la gauche engluée dans les affaires, le frontiste saisit l'opportunité de se positionner comme une alternative en vue des prochaines échéances municipales notamment dans les quartiers Nord. 
 

A partir du moment où on gagne ce secteur on peut tout gagner, même la France."


Moins de six mois plus tard, Stéphane Ravier a gagné son pari. Il s'est imposé comme le "tombeur de Patrick Mennucci" au premier tour des municipales et il a remporté la première mairie FN de Marseille. Certes, une mairie de secteur. Mais la plus peuplée. 150.000 habitants. C'est avant tout un bon symbole pour la communication du FN. Une mairie où le nouveau maire ne prend aucun risque tant ses prérogatives sont limitées. Stéphane Ravier, maire de secteur et ses 20 conseillers offrent une tribune pour les six prochaines années à son parti et ses idées. 

les + lus
les + partagés
publicité
Revoir la soirée électorale
la campagne sur twitter