Cerdon contre Clairette de Die : l'Assemblée nationale entre dans la danse

Mercredi 27 mai, l'Assemblée nationale a abrogé la loi de 1957 qui empêchait les producteurs de Clairette de Die de produire autre chose, comme un vin rosé effervescent. La diversification est possible mais les caves ne pourront pas appeler ce vin "Clairette de Die Rosé". Du moins pour l'instant. 

Du muscat rouge et blanc pour du vin rosé pétillant, parcelle située sur la commune de Suze.
Du muscat rouge et blanc pour du vin rosé pétillant, parcelle située sur la commune de Suze. © Syndicat de la Clairette de Die
C'est une victoire administrative et politique qui offre aux 300 viticulteurs du Diois la possibilité de produire du vin rosé mousseux sur leur territoire. Ce vin ne sera pas reconnu dans l'Appellation d'Origine Contrôlée (AOC) Clairette de Die dans l'immédiat, mais c'est "le début d'une nouvelle aventure", selon les vignerons.

"On a bataillé dur pour y arriver mais voilà on y est enfin. Cela va nous permettre d'élargir nos horizons et nous ouvrir à un nouvel avenir", confirme Fabien Lombard, président du syndicat de la Clairette de Die.

Une victoire politique

Le syndicat a travaillé 2 ans d'arrache pied avec les parlementaires drômois pour faire abroger la loi de 1957 qui interdisait de produire un autre vin effervescent que la Clairette de Die sur le territoire de l'AOC. Si cette loi leur a permis, pendant des décennies, de se protéger d'autres productions concurrentielles, elle les empêchait désormais de se renouveler. 

Avec l'abrogation de cette loi, la diversification est possible. Les producteurs vont pouvoir produire "un vin mousseux rosé de qualité aromatique", précise Fabien Lombard. Chaque vigneron pourra apposer sa propre marque en attendant d'avoir suffisamment d'expérience et d'années de production pour que ce vin rosé mousseux décroche une AOC. Son antériorité construite, il pourrait prendre le nom de "Clairette de Die Rosé" dans 5 à 10 années.

Cette fois, les vignerons entendent faire les choses dans l'ordre. Il y a 4 ans, ils avaient un peu mis la charrue avant les boeufs, ce qui leur avait attiré les foudres des producteurs de Cerdon (Ain).  

Une bataille juridique avec le Cerdon

De la "Clairette de Die Rosé" est en effet sortie des caves du Diois en 2016 et 2017. Une expérimentation qui n'a pas vraiment été du goût des producteurs de Cerdon, un effervescent qui, lui, a l'AOC/AOP depuis 2009. L'attaque était inévitable. Le syndicat du Cerdon a présenté un recours dans lequel il appuyait sur cette notion d'antériorité qui prévaut pour l'obtention de l'AOC. Il faut démontrer plusieurs années de production avant d'obtenir le fameux sésame.

En janvier 2018, le Conseil d'Etat est allé dans le sens des vignerons de l'Ain.

Par la suite, les deux parties ont quand même trouvé un accord pour que les viticulteurs de la Drôme puissent écouler leurs stocks de 2016 et 2017. 
 
durée de la vidéo: 02 min 10
Opposition Clairette / Cerdon ©France 3


Des perspectives d'avenir

Avec cette nouvelle production de rosé pétillant, une nouvelle perspective d'avenir s'ouvre pour les viticulteurs du Diois. Comme un renouveau où le terrain de l'expérimentation est de nouveau possible. Pour ces vignerons, cette possibilité de vinifier un nouveau vin, c'est comme un challenge à relever.

"La maîtrise de la couleur rosée est très technique... et encore plus technique sur du vin effervescent... donc oui ça c'est très intéressant à travailler. On va aussi travailler sur l'encépagement... Aujourd'hui on travaille avec le muscat rouge et le gamay... mais ce sont plusieurs années de travail qu'il va nous falloir pour sélectionner les meilleures variétés, c'est très technique..." raconte Fabien Lombard, président du syndicat de la Clairette de Die.

Ces dernières années, la Clairette de Die jugée par certains consommateurs "trop sucrée" semble être en perte de vitesse. En 2017, ces premières dégustations avec ce rosé pétillant avait suscité beaucoup d'espoirs auprès des producteurs. Ils ont désormais le champ libre pour produire en toute légalité ce nouveau rosé. Le rendez-vous est d'ores et déjà fixé pour une cuvée 2021 rose et pétillante. 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
viticulture agriculture économie