Pourquoi les agents de l'ONF sont en grève

Les agents de l'ONF de Tronçais redoutent la transformation de la forêt en usine à bois / © Marie-Charlotte Perrier
Les agents de l'ONF de Tronçais redoutent la transformation de la forêt en usine à bois / © Marie-Charlotte Perrier

Les agents de l'Office national des forêts sont en grève. Chargés de protéger les forêts, de produire du bois et d'accueillir le public, ces fonctionnaires craignent suppressions de postes, coupes budgétaires et privatisations. Exemple en  forêt de Tronçais, dans l'Allier.

Par Laurent pastural avec Marie-Charlotte Perrier

Les agents de l'Office national des forêts sont en grève aujourd'hui à l'appel de leur intersyndicale. Un mouvement national avec des manifestations à Nancy, Macon, Avignon, Toulouse et le Mans. Chargés de protéger les forêts, de produire du bois et d'accueillir le public, ces fonctionnaires craignent suppressions de postes, coupes budgétaires et privatisations. Pour ces agents les forêts françaises sont de plus en plus considérées comme de simples usines à bois à mettre au service de l'industrie.

Dans le département de l'Allier ils sont vingt-cinq techniciens forestiers. Et malgré la quiétude de la forêt de Tronçais, Isabelle et Pascal les deux agents de l'Office national des forêts que nous avons rencontrés, sont préoccupés.
Ces fonctionnaires  craignent de voir leur statut disparaître suite à des coupes budgétaires au sein de l'ONF

Depuis peu l'ONF se propose de recruter des techniciens de terrain de droit privé, explique Pascal Lory, technicien forestier de l'ONF et représentant CGT. Ce qui pose un problème puisque nous fonctionnaires nous sommes assermentés et chargés de missions de police qui ne seront plus réalisés par ces agents de droit privé.

Véhicule non autorisé, cueillette interdite : les fonctionnaires sont les seuls à pouvoir verbaliser les contrevenants. Mais selon ces représentants syndicaux, 40% des postes d'agents et d'ouvriers forestiers auraient été supprimés en trente ans.

Notre inquiétude aujourd’hui, par rapport à la baisse des effectifs, c’est de voir notre travail réduit à la production et commercialisation du bois. Et plus à la conservation de la biodiversité et à l'accueil du public regrette Isabelle Celle.


Plus de bois coupé, plus de rentabilité



Les agents craignent de voir leur forêt privatisée et utilisée uniquement à des fins commerciales. Un scénario contesté par la direction de l'Office Nationale des Forêts
Nous avons  à la fois une production de bois, une fonction environnementale et une fonction d'accueil du public selon Bertrand Dugrain Directeur de l’agence ONF Berry-Bourbonnais. Le travail de l'ONF c'est de trouver l'harmonie entre ces différentes fonctions. Ce cœur de métier n'est pas remis en question aujourd'hui.

Peu convaincus par leur direction Isabelle et Pascal ont décidé de faire grève pour défendre leur vision de la forêt.

Sur le même sujet

Laurent Wauquiez : polémique après l'envoie de SMS aux lycéens de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Les + Lus