La myrtille sauvage d’Ardèche, de plus en plus rare, est toujours très appréciée

C’est la saison ! La cueillette a commencé mi juillet mais ce petit fruit très prisé se fait de plus en plus rare dans les montagnes ardéchoises. Il connait pourtant toujours le même succès dans les cuisines des restaurateurs et des particuliers.
La récolte de la myrtille sauvage débute à la mi-juillet dans les montagnes ardéchoises.
La récolte de la myrtille sauvage débute à la mi-juillet dans les montagnes ardéchoises. © E. Patricio / FTV
A partir de la mi-juillet, la récolte de la myrtille sauvage débute sur les hauteurs des montagnes ardéchoises. Le département est le premier producteur de France. Cette baie délicate et charnue pousse entre 600 et 1 200 mètres d’altitude sur les versants nord, plus bas dans les sous-bois de châtaigniers et les landes. Elle se cueille uniquement à la main, à l’aide d’un peigne. Mais depuis des dizaines d’années, la production ne fait que diminuer : «Dans les années 70, l’Ardèche produisait entre 3 000 et 4 000 tonnes de myrtilles sauvages mais cette année on ne s’attend qu’à une centaine de tonnes», explique François Blache, président de l’association «La myrtille sauvage d’Ardèche» et producteur de myrtilles à Marcols les Eaux depuis 40 ans. Cet exploitant agricole possède 16 hectares de myrtilliers en agriculture biologique. 
La période de récolte est brève car rode un prédateur redoutable, la drosophile japonaise. Cette mouche apparue en France dans les années 2010, s'attaque aux petits fruits (cerise, fraise, framboise, myrtille, prune...) en y pondant ces oeufs avant qu'ils soient murs.
 
François Blache, président de l’association «La myrtille sauvage d’Ardèche» est producteur de myrtilles depuis 40 ans.
François Blache, président de l’association «La myrtille sauvage d’Ardèche» est producteur de myrtilles depuis 40 ans. © E. Patricio / FTV
 

8 à 10 euros le kilo de myrtilles sauvages trié

Le fruit se fait de plus en plus rare et les prix augmentent. Aujourd’hui, il faut compter entre 8 et 10 euros le kilo de myrtilles sauvages d’Ardèchet trié, c’est quatre fois plus qu’il y a 13 ans, lors de la création de l’association «La myrtille sauvage d’Ardèche». Les membres, avec notamment l’aide du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche, œuvrent pour développer l’économie autour de la petite baie noire. «On souhaite valoriser la myrtille sauvage d’Ardèche et aider à la vente directe» déclare François Blache mais la concurrence des pays de l'est est terrible. De plus, la main d'oeuvre manque et l'entretien des zones où elle pousse est complexe. Des campagnes pour la rénovation de la myrtilleraie sont organisées par le parc naturel régional des Monts d'Ardèche, l'ONF, la DDAF, la Chambre d’Agriculture, etc

La tarte aux myrtilles, la madeleine de Proust ardéchoise

Il est donc de plus en plus compliqué pour les particuliers de se procurer des myrtilles. Les producteurs priorisent les restaurateurs, aux commandes plus conséquentes. Dans les cuisines, on aime souvent les mettre en valeur avec une tarte. Chez Céline Vernet, maître restaurateur à l’hôtel restaurant Beauséjour du Béage (07), la tarte aux myrtilles est toujours un succès auprès des clients. Dans cet établissement, «la cuisine familiale a été conservée» indique Céline Vernet, membre de l’association des Toqués de l’Ardèche. «J’aime garder la myrtille dans son état naturel, crue et préservée. Il n’y a pas besoin de plus avec des produits de qualité» continue la cheffe.
 
Tarte à la myrtille de Céline Vernet, maître restaurateur à l’hôtel restaurant Beauséjour du Béage (07)
Tarte à la myrtille de Céline Vernet, maître restaurateur à l’hôtel restaurant Beauséjour du Béage (07) © P. Eloisa / FTV

Sur un fond de tarte fait maison et préalablement cuit, elle applique la crème pâtissière vanillée à l’aide d’une poche à douille puis dispose une grosse poignée de myrtilles. Quelques feuilles de menthe sur le dessus et un trait de sucre glace : le dessert est prêt à être envoyé en salle. «Cette pâtisserie fait toujours fureur, elle rappelle les souvenirs d’enfance. J’ai gardé la recette de la grand-mère, c’est elle qui a créé le restaurant», expose Céline Vernet.

Le marché de la myrtille aura lieu le 1er août 2020

Chaque année, le village de Mézilhac accueille le marché de la myrtille. C’est un moment pour acheter des myrtilles fraîches ou cuisinées (en confiture par exemple). Il est également possible de participer à des démonstrations de cueillette et de partir à la découverte des plantes gourmandes du département. Cette année, le marché de la myrtille aura lieu le 1er août 2020.
La myrtille sauvage a de nombreuses vertus bénéfiques à notre santé : haute capacité antioxydante, bonne pour la vue, anti-inflammatoire, anti-ulcères gastriques... que n'a pas la myrtille de culture. Cette dernière est beaucoup plus grosse.
Pour tout savoir sur la myrtille d'Ardèche
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature patrimoine cuisine culture gastronomie ruralité société